France
URL courte
4224716
S'abonner

En «tabassant des gens simples», le pouvoir «achète la paix sociale au profit d’une guerre civile», a déclaré sur CNews le philosophe Michel Onfray en réagissant aux heurts qui ont opposé les forces de l'ordre et des groupes de jeunes à Paris pendant et après le match de la finale de la Ligue des champions.

Invité ce matin dans la «Matinale» sur CNews, le philosophe Michel Onfray est revenu sur les échauffourées qui ont éclaté à Paris dans la soirée du 23 août après la défaite du Paris Saint-Germain en Ligue des champions.

«Je vois bien que les Gilets jaunes se font fortement tabassés [par les forces de l'ordre], pas là», a avancé le philosophe face à la journaliste Laurence Ferrari.

L’intellectuel a dénoncé un «deux poids, deux mesures» de la part du «pouvoir» concernant les événements du 23 août:

«Le pouvoir a intérêt à ce genre de choses. C'est une façon pour lui d’acheter la paix sociale».

«On est capable de tabasser des gens simples»

M.Onfray estime que le pouvoir «sait très bien que, s'il est répressif, la violence va augmenter»:

«C'est une façon de dire: on n’a pas vu, on ne touche à rien, on ne fait rien du tout. Pourquoi il y a autant de territoires perdus dans la République et on ne fait rien du tout alors qu’on est capable de tabasser des gens simples et les gens modestes? Simplement parce qu’on achète la paix sociale. On achète la paix sociale au profit d’une guerre civile».

Des heurts après l’échec du PSG

Les forces de l'ordre ont annoncé avoir interpellé dans la nuit de dimanche à lundi 148 personnes «notamment pour dégradations, violences ou jets de projectiles».

Les échauffourées se sont produites à Paris pendant et après le match dimanche soir, où le PSG s'est incliné 1 à 0 face au Bayern Munich à Lisbonne pour sa première participation à la finale de la Ligue des champions.

Lire aussi:

Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Pfizer va réduire temporairement ses livraisons de vaccin en Europe
Tags:
Michel Onfray, violences, Paris, PSG
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook