France
URL courte
Par
8223
S'abonner

La capitale entend ouvrir trois salles de consommation et de repos à destination des toxicomanes, deux dans le XVIIIe arrondissement et une dans le Ier. Une consultation citoyenne sera bientôt menée.

Début novembre la mairie prévoit des réunions avec le préfet de police Didier Lallement, le préfet de région Marc Guillaume et l’agence régionale de santé au sujet de l’ouverture de nouvelles salles de shoot dans la capitale, selon le Parisien.

Il est envisagé d’installer les salles aux Halles (Ier arrondissement), près de la porte de La Chapelle et à proximité du jardin d’École (XVIIIe).

«Notre but est d’atteindre les personnes qui se trouvent sur les scènes de toxicomanie», explique au Parisien Anne Souyris, adjointe à la Santé de la mairie de Paris.

En outre, la mairie souhaite créer des unités mobiles afin de «se positionner sur les lieux de consommation et d’être au plus près des toxicomanes», précise Mme Souyris.

Une consultation citoyenne sera organisée pour que les habitants des quartiers envisagés puissent exprimer leur position.

Salle de consommation en France

Paris est l’une des seules villes à avoir accueilli une salle de shoot dans l’enceinte de l’hôpital Lariboisière (Xe) en 2016. L’idée était de construire un espace sûr et stérile pour les toxicomanes afin de limiter la propagation de maladies, telles que le VIH et l’hépatite, selon les autorités. Par ailleurs, les injections dans de telles salles sont contrôlées par des médecins. Pourtant, dans la salle de consommation qui existe, la jauge maximale est atteinte. Elle accueille quelques 200 patients chaque jour.

La création de nouvelles salles n’a été autorisée qu’en 2019 par la ministre de la Santé Agnès Buzyn pour mieux accompagner près de 5.000 accros au crack, dérivé de la cocaïne consommé par les plus démunis.

De nouvelles salles sont nécessaires «pour assurer des conditions sanitaires et épidémiologiques adéquates», estime l’adjointe à la Santé de la mairie de Paris.

Tous ne sont pas contents

Cependant, les habitants du quartier concerné ainsi que ceux qui travaillent à proximité de la salle de shoot du Xe arrondissement déplorent son ouverture, estimant que depuis leur vie est «bouleversée». Des habitants constatent auprès de RT que nombreux sont ceux qui continuent à prendre des doses dans la rue au lieu de profiter de cet espace.

«Personnellement, je pense qu'il faudrait plutôt aider les toxicomanes à en finir avec la drogue plutôt que de mettre à leur disposition des salles de shoot», propose Emmanuel Duprat, représentant des riverains.

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Discours de Vladimir Poutine: «les Occidentaux ont tendance à réagir un peu comme des enfants frustrés»
Le missile auquel Israël a riposté en frappant la Syrie a explosé près d’une centrale nucléaire
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
Tags:
drogue, salle, mairie, Paris, toxicomanie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook