France
URL courte
Par
Décapitation de Samuel Paty (111)
203327
S'abonner

Un Tchétchène de 22 ans a été interpellé dans le Loir-et-Cher après un travail de veille Internet des forces de l’ordre. L’individu avait notamment «liké» la photo de Samuel Paty décapité. Des armes ont été retrouvées à son domicile lors d’une perquisition.

Un Tchétchène a été mis en examen et placé en détention provisoire pour apologie du terrorisme, rapporte BFM TV, citant une source proche du parquet. Sur son compte Twitter, l’individu avait notamment «liké» la photo de Samuel Paty décapité. Divers échanges et écrits relevant de l’apologie du terrorisme ont également été découverts.

D’origine tchétchène, le jeune homme est né en Russie et était domicilié à Blois. Placé en garde à vue, il a minimisé les faits et nié «toute radicalisation». Il avait déjà été condamné en 2017 pour des actes similaires à la suite des attentats de Charlie Hebdo.

Découverte d’armes

Les forces de l’ordre ont également perquisitionné le domicile du suspect, y retrouvant de nombreuses armes, des cartouches, des couteaux et du matériel informatique. Une information judiciaire pour le chef d'apologie d'actes terroristes aggravée a été ouverte.

Plusieurs interpellations pour un motif similaire ont eu lieu, depuis l’assassinat de Samuel Paty, décapité par un terroriste.

Vendredi, une étudiante de Besançon qui avait écrit sur Facebook que le professeur d’histoire-géographie «méritait» de mourir, a ainsi écopé de quatre mois de prison avec sursis. Dans l’Essonne, un adolescent de 14 ans a également été interpellé après s’être réjoui de l’attentat sur son compte Instagram, le 18 octobre.

Dossier:
Décapitation de Samuel Paty (111)

Lire aussi:

Sous-marins australiens: «D’où cette colère?», demande Zakharova à Le Drian en évoquant les Mistral
Agnès Buzyn devant la justice: «La magistrature rappelle à Emmanuel Macron qu’elle tient le manche»
«Éric Zemmour continue de me harceler», affirme la chroniqueuse Hapsatou Sy
Tags:
Samuel Paty, Conflans-Sainte-Honorine, apologie du terrorisme, Tchétchène, islamisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook