France
URL courte
Par
17447
S'abonner

Évaluant le taux de mortalité lié au Covid-19 en France, Jean Castex a annoncé qu'aujourd'hui un décès sur quatre était dû à la maladie qui au cours des deux derniers mois a fait plus de 10.000 morts dans le pays.

L’impact de la deuxième vague de l’épidémie reste «très lourd» en France, a déclaré ce jeudi 12 novembre Jean Castex aux journalistes, dressant le bilan de deux semaines après la réintroduction du confinement. Toutefois, il a précisé que le nouveau confinement avait permis de faire baisser le nombre de nouvelles contaminations.

«Au cours des deux derniers mois, nous avons connu plus de 10.000 décès supplémentaires [...] en France. Un décès sur quatre est dû à cette maladie aujourd'hui», a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a également déploré qu’au cours des sept derniers jours, toutes les 30 secondes, une personne était hospitalisée, et toutes les trois minutes un patient était admis en réanimation.

Quant à l’âge des personnes admises en réanimation, 40% ont moins de 65 ans.

Concernant les effets du nouveau confinement sur l’épidémie, Jean Castex a souligné que le nombre de nouvelles contaminations a ralenti depuis une semaine, pour une baisse de l’ordre de 16%.

«Cette évolution doit être interprétée de manière positive mais prudente. Positive car elle traduit une inflexion et c’est ce que nous espérions. Positive car cette tendance, si elle se confirme, indiquera que ce qu’on appelle le taux de reproduction du virus, le fameux R, est passé en dessous de 1 pour se situer entre 0,8 et 0,9. Mais prudence, car cette tendance est récente donc fragile et ne peut produire des résultats que s’il elle se confirme dans la durée», a-t-il conclu.

Lire aussi:

Macron: quand «votre famille parle l'arabe, c'est une chance pour la France»
L’hiver arrive: la France est-elle dans une situation «prérévolutionnaire»?
Caricatures de Mahomet: Daech «prépare des attentats en Europe à Noël», selon un ex-agent du MI6
Tags:
France, Jean Castex
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook