France
URL courte
Par
4111152
S'abonner

Sur Twitter Emmanuel Macron a prévenu ce samedi que «les prochains jours seront décisifs» dans la lutte contre l'épidémie. Jean Castex a pour sa part déclaré au Monde préparer des «règles» nationales car il faudra «vivre avec le virus sur le temps long».

Alors que la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 frappe la France, Emmanuel Macron a publié ce 14 novembre au matin un tweet accompagné d'une vidéo sur les cinq gestes barrières:

«Notre combat contre l'épidémie est collectif et les prochains jours seront décisifs. En classe, au bureau, à la maison, cinq gestes pour sauver des vies» a-t-il écrit.

​«Vivre avec le virus sur le temps long»

Dans un entretien au quotidien Le Monde, Jean Castex a déclaré ce samedi préparer des «règles» pour le pays jusqu'à l'arrivée d'un vaccin contre le Covid-19.

Selon le Premier ministre, il va falloir «vivre avec le virus sur le temps long».

«Une certitude: les rassemblements festifs, familiaux dans des salles des fêtes ne pourront pas reprendre avant longtemps. De même, les bars et les restaurants qui font aussi partie des endroits de contamination forte ne pourront pas rouvrir dès le 1er décembre, contrairement aux magasins de jouets, par exemple», a-t-il détaillé.

La France est l'un des épicentres de la deuxième vague du Covid-19 malgré une stabilisation des nouvelles contaminations. Celle-ci reste trop «fragile» pour envisager une levée des restrictions le 1er décembre, a signifié le gouvernement, alors que 95% des capacités en réanimation sont occupées et que «le pic» de cette vague n'est pas encore atteint.

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Tags:
Jean Castex, épidémie, Covid-19, Emmanuel Macron, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook