France
URL courte
Par
11933
S'abonner

Le Président de la République a détaillé un déconfinement progressif en trois phases. Sans surprise, les bars et restaurants devront attendre au moins deux mois avant une éventuelle réouverture. L’affront de trop pour une profession à bout?

Commerçants qui rient, restaurateurs qui pleurent: les mesures d’allègement du confinement annoncées par Emmanuel Macron ce 24 novembre n’ont pas fait que des heureux.

Si les commerces et lieux de culte, rouvrent dès le 28 novembre, comme ils le réclamaient, les théâtres, cinémas et musées devront patienter jusqu’au 15 décembre. Les restaurants, bars, clubs et salles de sport restent les grands perdants de cet assouplissement du protocole sanitaire. Ils devraient voir le bout du tunnel le 20 janvier pour les restaurants, le 1er février pour les bars.

«Il n’y a aucune raison de croire qu’avec une capacité d’accueil réduite de 40%, les bars et restaurants seraient plus contagieux que les métros aux heures de pointe; tous les restaurants administratifs sont d’ailleurs ouverts, pourquoi? Il faut d’ailleurs préciser qu’il n’y a pas eu de cluster dans les bars et les restaurants, ce sont dans les soirées privées que ce genre de choses arrive et vous verrez qu’après les fêtes, il y aura une recrudescence.», prédit Laurent Lutse au micro de Sputnik.

Le président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) pour le secteur des bars, brasseries et établissements de nuit, juge ce calendrier de déconfinement arbitraire, incohérent et surtout injustifié. De fait, pour l’heure, seule une étude américaine publiée par la revue Nature le 10 novembre, citée par le ministre de la Santé Olivier Véran, a pointé les restaurants, salles de sport et bars comme étant les lieux où l’on se contamine le plus.

Incompréhension généralisée

Lors du premier déconfinement, les établissements avaient pourtant su s’adapter à un certain nombre de mesures (gel et masques à disposition des clients, terrasses éphémères, distances de sécurité…) et certains n’acceptent pas que l’idée que le virus soit plus facilement transmissible à table plutôt que dans les commerces et les grandes surfaces. Ainsi, le chef Philippe Etchebest affirme-t-il ne pas comprendre les différences faites entre les cantines ou restaurants d’entreprise et les restaurants avec «des protocoles sanitaires extrêmement drastiques».

Pour Laurent Lutse, qui considère que les boîtes de nuit ont de fortes chances de «disparaître définitivement», la seule solution, c’est la manifestation: «à Marseille le 26 novembre et à Paris le 15 décembre pour faire entendre la voix de ceux qui sont totalement abandonnés au mépris de tout bon sens.»

Le gouvernement est-il sourd à la détresse des professionnels? L’ancien président du Medef, Pierre Gattaz, aujourd’hui président de Business Europe, s’était, fendu d’une tribune en faveur des restaurateurs, publiée dans Les Échos quelques heures avant le discours d’Emmanuel Macron. L’ex-patron des patrons y propose de «quitter un raisonnement trop simple et au contraire se baser sur l’intelligence des personnes de terrain» afin de rouvrir le plus tôt possible. Ni ces appels individuels ni le recours engagé la semaine dernière par l’Umih n’auront suffi à faire fléchir l’exécutif.

Des promesses et des aides qui ne suffisent plus

Le gouvernement a toutefois tenté de montrer qu’il n’était pas totalement indifférent au sort des restaurateurs, en annonçant une aide à hauteur de 20% du chiffre d’affaires annuel, remplaçant les 10.000 euros déjà proposés. Seulement la générosité de l’État a ses limites: un communiqué du ministère de l’Économie a par la suite précisé un plafonnement à 100.000 euros pour ces versements, quel que soit le chiffre d’affaires annuel réel.

Lire aussi:

Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
Des centaines d’étudiants font la queue à Paris pour les distributions alimentaires – vidéo
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
Tags:
Emmanuel Macron, Covid-19, restaurant, déconfinement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook