France
URL courte
Par
7351
S'abonner

Un décret gouvernemental lié à la situation sanitaire défavorisait les enfants placés dans les établissements de l’Aide sociale à l'enfance, en les privant de Noël dans les familles d’accueil et les colonies de vacances. Le député pyrénéen Jean Lassalle a volé à leurs secours. Son intervention dans l’hémicycle a poussé à réparer cette injustice.

Indéniablement, le Noël 2020 n’est pas comme les autres. Si le Père Noël se prépare à rendre visite aux plus petits via les réseaux sociaux, les pensionnaires d’établissements de l’Aide sociale à l'enfance (ASE) risquaient d’être privés totalement de la magie des fêtes.

Environ 40.000 résidents des foyers, qui passent habituellement Noël dans des familles bénévoles ou des centres de vacances, se trouvaient pris en otages par un décret du 27 novembre qui «annulait» leurs vacances de Noël. «Quel crève-cœur !» s’exclamait ce 7 décembre Jean Lassalle, député Libertés et Territoires (LT) des Pyrénées-Atlantiques, devant ses pairs.

Celui qui a été candidat à la dernière présidentielle a promis de «déplacer les montagnes pour ces enfants seuls au monde». Et sa voix rocailleuse a fait trembler les montagnes. Une habitude chez l’élu des Pyrénées!

«C’est encore un plus joli conte de Noël que prévu. Le gouvernement a tout de suite promis de communiquer à toutes les associations une réponse positive: le décret va être modifié demain ou après-demain et ces enfants pourront partir», se réjouit Jean Lassalle au micro de Sputnik.

​Tout est prêt pour l’accueil

Les petits placés dans les foyers ont déjà vécu une année difficile à cause des mesures sanitaires tout au long des confinements. Jean Lassalle souligne que «ces enfants comptent beaucoup sur ce moment de Noël, particulier et convivial, fraternel et magique». Le sujet des enfants placés et adoptés est cher au député, puisque, comme il l’avoue lui-même, il «en [a] vu beaucoup» dans sa vie.

«Ces derniers temps, j’ai suivi des affaires d’enfants qui étaient littéralement arrachés à leurs parents. Grâce à ma collaboratrice, on a constitué un groupe de réflexion sur le destin des enfants touchés par cette disposition [gouvernementale, ndlr]», détaille Jean Lassalle.

Le député a agi pour ceux qui ont eu un parcours difficile, «souvent déscolarisés et mis à l’écart», qui, la veille des fêtes de fin d’année, ont vu «l’espoir d’une vie différente leur échapper».

«Tous les ans, ils passaient Noël chez les hommes et les femmes «de la vraie vie», des bénévoles bienveillants, des gens qui travaillaient la main dans la main pour les accueillir», rappelle Jean Lassalle.

Suite au revirement du gouvernement, alerté également par les centres de vacances, les familles pourront recevoir leurs jeunes hôtes aux regards «pleins d’étoiles». Tout est prêt et la magie pourra opérer. Pas question, toutefois, d’oublier les règles sanitaires, histoire d’épargner aux enfants de «courir le risque de contamination ou de faire courir ce risque aux personnes âgées».

«Ça ne règle pas tous les problèmes. Mais ça rend la France humaine et un peu éclairée», conclut Jean Lassalle.

 

Lire aussi:

Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
«Une catastrophe»: Michel Cymes sur la suspension des activités physiques des enfants pendant la pandémie
Couvre-feu à 18h: «On a le droit de déroger, alors faisons-le», lance un maire breton
Tags:
Jean Lassalle, sapin de Noël, Père Noël, Noël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook