France
URL courte
Par
2125
S'abonner

Une sénatrice a été vivement critiquée par les défenseurs de la langue d’oc, suite à son vote sur une loi visant à protéger les langues régionales. Elle se justifie en dénonçant un amendement controversé ajouté aux texte initial.

La sénatrice de Dordogne Marie-Claude Varaillas (PC) a déclenché une polémique dans sa région en votant contre une proposition de loi relative à la protection des langues régionales, rapporte Sud-Ouest.

Des défenseurs de la langue d’oc ont en effet critiqué son choix. Dans un communiqué, la Maison Occitana de Perigòrd a notamment pointé du doigt «un signal extrêmement négatif» pour les amoureux de l’occitan. L’association fustige «l’hostilité dont font encore preuve certains élus à l’égard du plurilinguisme» et précise avoir pris contact avec la sénatrice pour discuter de son vote.

Un acte incompréhensible pour l’association qui souligne encore que «l’immense majorité des sénateurs issus des départements de langue occitane ont voté en faveur de ce texte».

Un amendement contesté

Pour sa part, Marie-Claude Varaillas nie avoir voulu porter un coup aux langues régionales et met en cause un amendement à la proposition de loi.

«C’est faux et injuste […] Notre groupe s’est seulement abstenu en raison d’un amendement déposé en séance par la droite qui dénaturait le texte initial pour lequel nous devions voter», explique-t-elle à Sud-Ouest.

L’amendement en question obligerait les communes à prendre en charge les dépenses d’écoles privées sur un territoire autre que le leur, si un enfant de leur secteur y est scolarisé.

«Les collectivités territoriales se retrouveraient dans l’obligation légale de financer la scolarisation dans un établissement privé d’une autre ville d’un enfant de sa commune, au motif qu’elle ne propose pas d’enseignement des langues régionales», explique ainsi la sénatrice sur Facebook.

Marie-Claude Varaillas voit dans cet amendement «une mesure favorisant une nouvelle fois le secteur privé», ce qui a motivé son vote final contre la proposition de loi. L’élue précise à Sud-Ouest qu’elle parle elle-même occitan depuis l’enfance et est très attachée à son enseignement.

Lire aussi:

L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Un élu centriste de Paris explique le lynchage de Yuriy par l’impossibilité d’«aller au sport»
Une septuagénaire affirme avoir été tabassée pour avoir photographié un resto ouvert en plein couvre-feu - photo choc
Tags:
école privée, Occitanie, régionalisme, langues régionales, Dordogne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook