France
URL courte
Par
787290
S'abonner

Commentant le début de la campagne de vaccination contre le coronavirus, lancée en France le 27 décembre, le virologue Bruno Lina, récemment interrogé par LCI, a évoqué une éventuelle «obligation vaccinale» si le nombre de personnes vaccinées n’est pas suffisant pour freiner l’épidémie.

Bien que les autorités françaises aient à plusieurs reprises affirmé que la vaccination contre le Covid-19, dont la campagne a démarré fin décembre, ne serait pas obligatoire, le virologue membre du Conseil scientifique Bruno Lina a estimé qu’une telle option pourrait être envisagée. Intervenant à l’antenne de LCI le 27 décembre, il a fait allusion à une éventuelle obligation de se faire vacciner si la demande de vaccin parmi les Français n’est pas suffisante.

«Bien évidemment, à un moment donné, on sera rattrapés par la réalité des choses: s’il s’avère que, malgré de nombreux efforts, au bout de nombreux mois, on n’arrive toujours pas à franchir un niveau de vaccination qui soit satisfaisant pour freiner la diffusion du virus, peut-être que la question de l’obligation vaccinale se posera», a-t-il déclaré à la journaliste de LCI.

«Qui aurait imaginé l’acceptation d’un confinement, d’un reconfinement, du couvre-feu, du port du masque et de toutes les contraintes? J’avoue que moi je suis extrêmement épaté par, finalement, l’adhésion que collectivement l’ensemble de Français ont pu avoir», a-t-il ajouté.

Clarté et pédagogie

Pour lui, la clé du succès de la campagne de vaccination, cet «outil formidable» qui, probablement, ne présente que «très peu d’effets secondaires graves», est la transparence et la pédagogie.

«Avec un bon sens pédagogique, avec beaucoup de clarté et beaucoup de transparence, et en se donnant les moyens, on doit pouvoir être convaincants», a-t-il lancé.

La vaccination en France

La campagne de vaccination contre le Covid-19 a démarré en France le 27 décembre mais, quatre jours après son lancement, moins de 200 personnes avaient été vaccinées. Interrogé sur cette lenteur de la campagne le 29 décembre, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a écarté à l’antenne de France 2 toute idée d’échec. Selon lui, il ne faut pas confondre «vitesse et précipitation».

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Tags:
Covid-19, France, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook