France
URL courte
Par
1055104
S'abonner

Le tribunal administratif de Lille s’est prononcé lundi 4 janvier sur le sort de la chapelle Saint-Joseph. Elle ne sera pas classée parmi les monuments historiques et sera démolie pour laisser place à un campus étudiant. L’association Urgences Patrimoine qui contestait cette démarche jette l’éponge, relate France Bleu.

Lundi 4 janvier, le tribunal administratif de Lille a débouté l’association Urgences Patrimoine, qui lutte depuis plusieurs mois contre la destruction de la chapelle Saint-Joseph, rapporte France Bleu. 

Alexandra Sobczak, présidente de l’association, qui s’est battue depuis plusieurs mois pour empêcher la destruction de cette chapelle datant de la fin du XIXe siècle et abandonnée depuis 20 ans, se dit «effondrée».

«C’est le combat de la solitude», déplore-t-elle.

«Je ressens de l’amertume et de l’incompréhension.»

Une pétition contre la démolition

France Bleu révèle que la ville de Lille avait signé le permis de démolition fin mai. La chapelle a vocation à céder sa place à des locaux pour les étudiants des écoles d’ingénieur de l’Université Catholique de Lille.

Une pétition contre la démolition avait été lancée en juin et avait recueilli plusieurs milliers de signatures. La candidate La République en marche (LREM) Violette Spillebout s’était offusquée de cette démolition lors de sa campagne des élections municipales à Lille. En vain.

Alexandra Sobczak a annoncé qu’elle ne poursuivrait pas son combat et ne porterait pas l’affaire devant le Conseil d’État, en raison de «la longueur de la procédure et de son coût financier».

Elle affirme que les travaux sur la chapelle ont débuté quelques heures seulement après la décision du tribunal.

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
tribunal, démolition, Lille
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook