France
URL courte
Par
5611
S'abonner

Accusé d’avoir utilisé plus d’une centaine de patients en tant que cobayes pour une nouvelle technique illégale, Gilles Norotte, chirurgien de l’hôpital de Gap, a été suspendu par les autorités médicales.

Le Centre National de Gestion des praticiens hospitaliers a suspendu le 1er février le chirurgien du dos de l’hôpital de Gap accusé d’avoir recouru à une technique non validée en France sur une centaine de patients, a appris RTL.

«Je trouve ça scandaleux»

Il s’agit d’une mesure prise pour une durée d’au moins six mois. 

«Je suis victime d'une campagne de désinformation assez odieuse et je trouve ça scandaleux», a déclaré à RTL le chirurgien en question, Gilles Norotte.

Technique chirurgicale «parfaitement connue»

Le médecin est suspendu pour avoir utilisé entre 2015 et 2017 une technique appelée «cimentoplastie discale». Elle consiste à injecter du ciment dans les disques de la colonne afin de les renforcer. En France, seule «la cimentoplastie vertébrale», c’est-à-dire l’injection du ciment dans les vertèbres, est utilisable d’après les autorités médicales.

Les patients opérés affirment ne pas avoir été informés quant à l’utilisation de cette technique et disent souffrir depuis de sérieuses séquelles. Six personnes ont déjà porté plainte. L’association des «victimes de la cimentoplastie discale» compte une douzaine de membres, précise Le Parisien. D’après Me Guillaume Pialoux, qui représente six des plaignants, «ce sont au total 150 patients qui ont été opérés avec cette nouvelle technique chirurgicale non validée en France».

Le chirurgien estime toutefois que sa suspension a été provoquée par une campagne médiatique diffamatoire.

«Il s'agit d'une technique chirurgicale parfaitement connue», affirme-t-il, déclarant que d'autres médecins l’auraient également utilisée en France, notamment au CHU de Bordeaux et à l’hôpital de la Salpêtrière.

«Non conforme aux données de la science chirurgicale»

Cependant, les professeurs de médecine experts missionnés par l’ARS sont arrivés à la conclusion que «le docteur Norotte a utilisé une technique non conforme aux données de la science chirurgicale au moment des faits».

Le parquet de Gap avait ouvert une enquête préliminaire pour «recherche biomédicale sans l'obtention de l'avis favorable du comité de protection des personnes et de l'autorisation de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament» et «recherche biomédicale sur une personne sans son consentement».

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»
Tags:
chirurgie, Gap, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook