France
URL courte
Par
2430174
S'abonner

Le ministre de l’Intérieur a annoncé samedi 13 février la dissolution de Génération identitaire. Les opérations anti-migrants auront eu raison du mouvement d’extrême droite. Une telle mesure est-elle légitime? Pour en débattre, Sputnik reçoit la porte-parole de Génération identitaire et l’ancien président du CRAN.

«La malheureuse, elle fait un boulot difficile. (…) Je vous plains, je n’aimerais pas être à votre place», ironise d’entrée de jeu le militant antiraciste au sujet de son interlocutrice. A l’occasion de l’annonce de la dissolution de Génération identitaire, Sputnik reçoit sa porte-parole Thaïs d’Escufon pour en débattre avec Louis-Georges Tin, l’ancien président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN).

Thaïs d’Escufon réplique: pour la porte-parole du mouvement, si Gérald Darmanin parvient à les dissoudre, «ce sera évidemment pour des raisons politiques et idéologiques». «Si jamais le droit était appliqué, nous gagnerions», affirme la militante. Cette dissolution «était demandée depuis longtemps, elle est logique», selon Louis-Georges Tin. Pour cette figure de l’antiracisme, «au-delà de la façade souriante» de Génération identitaire, «il y a tous les liens […] avec des gens beaucoup plus radicaux», «aujourd’hui, il est temps d’en finir».

Et l’ex-président du CRAN de pointer le don réalisé à Génération identitaire par l’assaillant de Christchurch qui avait fait 51 victimes en Nouvelle-Zélande en mars 2019. «Nous ne pouvons pas contrôler la vie et être responsables de tous les gens qui nous font un don», lui rétorque Thaïs d’Escufon, pour qui militer «permet d’éviter des drames de ce type». Un militantisme qui n’est pas du goût de Louis-Georges Tin. Ce dernier rappelle les opérations anti-migrants menées dans les Alpes et les Pyrénées: «Quand une milice d’extrême droite veut faire le travail de la police, moi, ça m’inquiète.» Des actions «purement symboliques» pour lesquelles la «justice a tranché», selon la porte-parole de la formation d’extrême droite.

Le décret de dissolution de Génération identitaire pourrait être présenté en Conseil des ministres dès le mercredi 24 février, précise l'entourage de Gérald Darmanin, cité par l'AFP.

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Tags:
islam, immigration, Génération identitaire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook