France
URL courte
Par
11539
S'abonner

La police a identifié un bar ouvert à Saint-Malo malgré les mesures sanitaires en vigueur grâce à une émission télé. Les gérants y accueillent des clients qui ne respectent aucun geste barrière et évoquent «le rosé et la nicotine» comme «vaccin». Ils risquent tous des poursuites administratives et pénales.

Les gérants d’un bar de Saint-Malo ouvraient clandestinement depuis le premier confinement, mais un court passage à la télé a rapidement mis fin à cette pratique. Après avoir témoigné le 7 janvier dans l'émission Sept à huit sur TF1, la police s’est rendue le lendemain à l’établissement, rapporte Le Pays Maloin.

Dans le reportage, l’un des gérants, visage flouté, reconnaît ouvrir le bar chaque soir depuis le printemps. Les clients s’y entassent, ne respectant aucun geste barrière. Heureux, ils expliquent à la caméra qu’«ici, le vaccin, c’est le rosé et la nicotine».

De plus, les gérants racontent comment ils font pour échapper aux contrôles.

La police aussi regarde la télé

Dès le lendemain de la diffusion de l’émission, le couple de restaurateurs a été convoqué et entendu par la police dans le cadre d’une procédure administrative. Il encourt 135 euros d'amende. Mais vu le cumul des infractions, gérants et clients apparus dans le reportage peuvent être poursuivis pénalement, précise le journal.

 

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
«Je vais tous vous crever»: appelés pour des violences conjugales, des policiers se font tirer dessus
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Un homicide frappe le Havre, la compagne en garde à vue
Tags:
bar, Covid-19, confinement
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook