France
URL courte
Par
9936
S'abonner

Afin de freiner la propagation du Covid, la mairie de Paris envisagerait de proposer au gouvernement un confinement de trois semaines dans la capitale. Les impairs et contradictions dans la communication municipale ont déclenché un déluge de critiques. Tout comme l’absence de concertation.

Paris confinera, confinera pas? La communication de la municipalité sur sa «proposition d’un confinement de trois semaines» a soulevé une tempête… dans un verre d’eau. Verre dans lequel l’équipe d’Anne Hidalgo s’est tout de suite noyée. Une conférence de presse et un tweet posté par le premier adjoint Emmanuel Grégoire, juste après l’intervention télévisée du Premier ministre, ont secoué l’opinion publique et l’opposition.

​La nuit portant conseil, la mairie a tempéré ses propos dès le 26 février au matin, la «proposition» se transformant en «hypothèse».

Pour Jean-Didier Berthault, membre du conseil municipal, élu dans le dix-septième arrondissement de la capitale, pas de doute: la mairie a fait preuve d’«amateurisme dans la communication et dans la proposition». «La façon dont ça se passe aujourd’hui à Paris, c’est scandaleux!», fulmine l’élu parisien au micro de Sputnik.

«Les Parisiens sont devenus les cobayes de la campagne présidentielle de Mme Hidalgo. Chacun ne peut pas avancer sa petite proposition, sans concertation. Même les maires d’arrondissement –peu importe qu’ils soient de droite ou de gauche– n’étaient pas au courant. La propre majorité d’Anne Hidalgo n’était pas au courant», s’emporte Jean-Didier Berthault.

La durée de l’éventuel confinement parisien est également critiquée: «Pourquoi trois semaines?» Certes, il y a un an, des experts scientifiques jugeaient qu’un confinement pouvait s’avérer efficace au bout de deux semaines. Mais, à la lumière des données recueillies depuis lors, l’élu local estime que les effets du confinement ne se feraient «vraiment sentir qu’au bout de quatre à six semaines».

​En outre, M. Berthault dénonce un fonctionnement mental quasi insulaire de la part de l’Hôtel de ville:

«Paris, ce n’est pas une île au milieu de l’océan. Tout le monde va venir. Si on confine les Parisiens, il faudra aussi confiner les habitants de l’Île-de-France.»

Valérie Pécresse, la présidente de la région, estime quant à elle avoir «toujours défendu une vision régionale pour être efficace».

«Le virus ne s’arrête pas aux portes de Paris. Des habitants de la banlieue viennent en ville le soir. On ne sait pas si leurs dérogations sont faites pour des raisons professionnelles ou pas, ni qui peut les avoir. On est dans un système très flou, entre deux situations: on attend que ça monte pour prendre de “vraies” décisions», dénonce Didier Berthault.

Le gouvernement s’est donné jusqu'au 6 mars pour durcir, ou non, les restrictions en Île-de-France. Entre-temps, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a demandé aux élus parisiens de «ne pas jouer avec les nerfs des Français».

Il est vrai, l’équipe municipale multiplie les signaux contradictoires. Le 17 février dernier, Anne Hidalgo signait une pétition pour rouvrir tous les lieux culturels. Neuf jours plus tard, elle réclame un confinement de trois semaines de la capitale!

Le virus surprend toujours les autorités

La capitale, avec sa grande densité de population, a déjà été confrontée à l’hypothèse d’un confinement en août 2020, quand le conseil scientifique sur le Covid-19 a élaboré un plan de «confinement partiel des vingt grandes métropoles».

Six mois plus tard, Jean-Didier Berthault admet que personne ne détient «la meilleure solution». L’élu regrette cependant que la municipalité traite ces urgences «de façon improvisée». D’autant plus que «le variant» guette:

 «On appréhende que la situation avec le variant soit intenable en mars. Tous les scientifiques le disent. Et ce, depuis que la décision de reconfiner n’a pas été prise.»
La mairie de Paris annonce son intention de proposer au gouvernement un confinement pour trois semaines
© Sputnik . Bruno Marty
La mairie de Paris annonce son intention de proposer au gouvernement un confinement pour trois semaines

Lire aussi:

Et si les vaccins étaient inutiles et inefficaces? La France face au péril du variant brésilien
Finkielkraut «bug» en plein direct sur CNews, n’ayant pas compris que l’émission avait commencé – vidéo
Tous vaccinés contre tous confinés: «il existe une troisième alternative»
Tags:
confinement, Anne Hidalgo, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook