France
URL courte
Par
6923
S'abonner

À l’appel du président des Patriotes plusieurs centaines de personnes ont afflué dans les rues niçoises le 26 février pour manifester contre le confinement partiel. Celui-ci est entré en vigueur dans la soirée même et se poursuivra jusqu’au 1er mars.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans l’après-midi du 26 février Place de la Justice à Nice pour une manifestation organisée par Florian Philippot «contre la coronafolie».

Le rassemblement a eu lieu en réponse à l’appel du chef de file des Patriotes pour s’opposer au confinement du week-end instauré dans 63 communes du littoral niçois, lequel va du 26 février à 18 heures jusqu’au lundi 1er mars à 6 heures. Des habitants ont donc manifesté quelques heures avant l’entrée en vigueur du confinement.

Les images diffusées sur les réseaux sociaux montrent que de nombreux participants ne portent pas de masque. En chantant La Marseillaise, ils scandent «Liberté»:

Ils s’opposent, entre autres, «à la dictature sanitaire», disent «non au confinement» et souhaitent «libérer la France», selon les banderoles.

Situation épidémique en France

Le 25 février, Jean Castex a déclaré que la France devait tout faire pour retarder le confinement et laisser à la vaccination le temps de produire ses effets. Il a toutefois annoncé le placement de 20 départements, dont tous ceux d'Île-de-France, en «surveillance renforcée».

En fonction de la situation, ces départements pourraient donc suivre l'exemple de Nice et Dunkerque où un confinement a été mis en place à partir de vendredi soir pour la durée du week-end. Les déplacements non-justifiés sont interdits.

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
masques, confinement, Nice, Florian Philippot
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook