France
URL courte
Par
283582
S'abonner

Les quais de Bercy ont été évacués le 1er mai par la police à cause d’une rave party interdite rassemblant près de 200 personnes, selon BFM TV. Des échanges de tirs de projectiles et de LBD ont eu lieu.

Après une manifestation à l’occasion de la Fête du travail qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes à Paris, la police a dû intervenir pour une soirée musicale interdite qui battait son plein sur les quais de Bercy, a annoncé dans la soirée du 1er mai la Préfecture de Police.

Selon les chiffres de BFM TV, la rave party a réuni près de 200 personnes malgré l’interdiction toujours en vigueur de se rassembler à l’extérieur à plus de six personnes, excepté pour les manifestations déclarées ou en lien avec certains autres cas (s’il s’agit par exemple de familles nombreuses ou de sport en extérieur).

D’après la même source, c’est aux alentours de 17h que les premiers fêtards sont arrivés sur les lieux. Environ 2h30 plus tard, les forces de l’ordre sont intervenues afin de mettre fin au rassemblement. L’évacuation a vite dégénéré.

Les images filmées par le journaliste indépendant Clément Lanot montrent d’abord une foule de jeunes, la majorité ne portant pas de masques, danser sur de la musique techno.

Les tensions ont éclaté une fois les forces de l’ordre arrivées. Visés par des projectiles, les policiers ont répondu par des tirs de LBD et de gaz lacrymogène.

Sur cette vidéo, les forces de l’ordre ont été contraintes de reculer face à la foule des fêtards lançant des projectiles.

Vers 21h00 la préfecture a annoncé via Twitter que les forces de l’ordre avaient «rapidement mis fin à un rassemblement festif improvisé et [avaient] saisi le matériel sono». Et d’ajouter que les verbalisations étaient en cours.

Cas similaires

Les forces de l’ordre ont également mis fin à une autre rave party qui se déroulait près de Dijon, dans un entrepôt au sein d’une zone industrielle. Auprès de France bleu Bourgogne, le maire de la commune de Couchey, a mentionné le chiffre de près de 500 teufers.

«Entre les gendarmes, la police nationale, le SAMU, les pompiers il y a au moins une centaine de personnes. C’est vrai qu’on ne s’y attendait pas. […] Il y a les problèmes de Covid, des problèmes également de sécurité. Ça aurait été mieux qu'il fasse ça en plein air», a estimé l’édile.

Il y a trois semaines, à une quinzaine de kilomètres de Couchey, une autre fête clandestine avait rassemblé près de 70 jeunes au milieu des bois.

Paris a également accueilli il y a une semaine une fête improvisée au parc des Buttes-Chaumont. Elle a rassemblé des centaines de personnes et a provoqué l’ouverture d’une enquête pour mise en danger d'autrui, ainsi que pour participation à un rassemblement de plus de six personnes sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public.

Lire aussi:

Une femme en état de démence blesse un policier au couteau avant d'être abattue
Rixe entre deux bandes rivales en pleine rue en Seine-Saint-Denis – vidéo
Israël organise les plus grandes manœuvres de son histoire: vers un nouveau conflit au Moyen-Orient ?
Tags:
LBD (lanceur de balles de défense), gaz lacrymogènes, fête, soirée, manifestation, Paris, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook