France
URL courte
Par
6928
S'abonner

Avoir une carte sans contact peut faciliter la vie au quotidien, mais certains voleurs ont trouvé le moyen d’en profiter à vos dépens. Équipés d’un terminal de paiement, ils utilisent des lieux bondés pour «s’offrir» 50€ directement depuis la poche des victimes. Indétectable.

Les passagers des transports en commun risquent de plus en plus de se voir soutirer de l’argent de leur compte bancaire, sans qu’ils le sachent, pour un montant pouvant atteindre 50 euros.

Et aucunement besoin d'avoir des techniques développés pour mettre en place cette escroquerie. Un terminal de paiement électronique (TPE) est amplement suffisant. Le montant en jeu est de 50 euros, soit le maximum autorisé en sans contact.

Les transports en commun, où les passagers sont entassés et ne font pas attention à leurs effets et à leur entourage, sont les lieux les plus à risque. Midi Libre rapporte par exemple que le tram de Montpellier est frappé par une équipe de voleurs usant de ce stratagème.

Dans la pratique, quelqu’un détourne l’attention de la victime pendant qu’un complice se rapproche de la cible et procède au paiement.

Comment se protéger

La gendarmerie nationale prévient que les fraudes à la carte bancaire peuvent arriver dans la rue, chez un commerçant et même à la maison, car ceux qui opèrent ne cessent de perfectionner leurs techniques.

Appelant à rester vigilant, elle recommande dans le cas concret du vol au TPE un «étui protecteur d’ondes» labellisé «anti-RFID» qui bloque à 99,99% leur passage, mais un bout de papier aluminium peut suffire.

Des démarches à effectuer pour obtenir un remboursement

Dans son dossier «Les arnaques bancaires et financières», l’Institut national de la consommation (INC) souligne que l’ordre de payer donné par carte bancaire est irrévocable et que le paiement doit être effectué en toutes circonstances. Cependant, en cas d’opérations pour lesquelles le titulaire de la carte n’a pas donné son consentement, des démarches sont à effectuer pour obtenir un remboursement.

L’INC conseille par ailleurs de vérifier régulièrement ses relevés bancaires et de faire opposition à la carte en cas d’opération suspecte. Après avoir confirmé l’opposition par courrier recommandé avec accusé de réception à la banque, il faut signaler la fraude sur la plateforme Perceval du ministère de l’Intérieur.

L’étape suivante consiste à déposer plainte auprès du commissariat ou de la gendarmerie.

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et la Banque de France constatent cependant dans un communiqué que les modalités de traitement des demandes de remboursement des opérations non autorisées par carte bancaire doivent être améliorées. L’ACPR et la Banque de France invitent les professionnels à  motiver davantage les décisions de refus.

Lire aussi:

Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Rave party à Redon: la gendarmerie dénonce «une déferlante de violences à l’encontre des forces de l’ordre»
Tags:
transports, carte de paiement, arnaque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook