Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Il est encore temps de trouver une solution diplomatique au problème nucléaire iranien (expert)

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    MOSCOU, 8 février - Sergueï Zelentsov, RIA Novosti. Le délai limite pour trouver une solution diplomatique au problème nucléaire iranien n'a pas encore expiré, a estimé mercredi à Moscou Vladimir Nazarov, assistant du secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, dans le cadre d'une "table ronde" consacrée à l'évolution de la situation autour de l'Iran.

    " Le délai limite pour trouver une solution diplomatique au problème nucléaire iranien n'a pas encore expiré. L'Iran doit revenir au protocole additionnel au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), et cette condition tient toujours. Quoi qu'il en soit, la réussite dans le règlement de cette crise est pour beaucoup fonction de la patience et du caractère réfléchi des décisions qu'adopteront les diplomates et les politiques", a déclaré l'expert russe.

    Et d'ajouter qu'en abordant le problème iranien, on ne doit pas oublier que l'Iran reste pour le moment dans le champ juridique.

    "Ses actions (celles de l'Iran) ne divergent toujours pas d'avec les critères standard de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ni d'avec les dispositions du Traité de non-prolifération nucléaire. Et du moment que Téhéran reste dans le champ juridique, il ne faut pas l'en expulser. Les appels à des actions dures ne feront qu'aggraver la situation. Tous doivent comprendre que l'enjeu est extrêmement élevé", a fait remarquer Vladimir Nazarov.

    "De nombreuses forces au Proche-Orient ont tout intérêt à faire exploser la situation pour en tirer profit", a continué l'expert.

    Aussi, les membres du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies et du Conseil des gouverneurs de l'AIEA doivent-ils faire preuve "de pondération et de délicatesse, en abordant la solution du problème nucléaire iranien", a noté l'assistant du secrétaire du CS de la Fédération de Russie.

    Dans le même temps, a souligné l'expert, l'Iran doit comprendre qu'il ne réussira pas à jouer sur les contradictions ni à semer la discorde parmi les membres du CS de l'ONU. La communauté internationale est unanime sur l'essentiel: le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique et la Russie jugent inadmissible la mise en �uvre par Téhéran d'un programme nucléaire militaire, a dit Vladimir Nazarov.

    L'expert a rappelé à cette occasion que l'initiative russe tient toujours. "C'est une variante possible pour désamorcer la crise. Cependant, cette initiative ne doit pas servir de couvert à des actions contraires aux dispositions du protocole additionnel au TNP. L'initiative russe n'est pas de courte durée, elle s'inscrit sur le long terme".

    La décision du Conseil des gouverneurs de l'AIEA témoigne de son intention de laisser ce problème dans le champ juridique de l'Agence internationale de l'énergie atomique, selon l'expert russe.

    "Les possibilités de l'AIEA pour régler le problème nucléaire de l'Iran ne sont pas épuisées, loin s'en faut. L'AIEA et ses experts disposent aujourd'hui de la totalité de l'information sur l'état réel des programmes nucléaires de Téhéran", a signalé Vladimir Nazarov.

    En examinant le problème iranien, a-t-il continué, nous ne devons pas oublier l'objectif de nos actions. "D'une part, nous devons trouver une solution qui permette à l'Iran de développer son nucléaire civil. De l'autre, cette solution doit apporter à la communauté internationale la certitude que le programme nucléaire de l'Iran est exclusivement civil. Par conséquent, cela doit être une solution mutuellement acceptable. A l'heure actuelle, il importe que des experts donnent leur évaluation de la situation", est convaincu l'assistant du secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie.

    A l'étape actuelle, les évaluations des menaces effectives et des perspectives d'évolution de la situation sont en train de revêtir une signification politique, a signalé Vladimir Nazarov.

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Chef de la diplomatie iranienne: les USA ne respectent pas l’accord sur le nucléaire
    La Russie est opposée à l'implication de l'AIEA dans le processus de désarmement nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik