Ecoutez Radio Sputnik
    International

    L'Ossétie du Sud dénonce une décision "illégale" du parlement géorgien

    International
    URL courte
    0 0 0

    La décision du parlement géorgien réclamant le retrait des contingents de paix russes des républiques séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud est "illégale", a déclaré mardi un haut responsable sud-ossète.

    MOSCOU, 18 juillet - RIA Novosti. La décision du parlement géorgien réclamant le retrait des contingents de paix russes des républiques séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud est "illégale", a déclaré mardi un haut responsable sud-ossète.

    Les forces de maintien de la paix "ont été invitées dans la zone du conflit osséto-géorgien dans le cadre des accords de Dagomys signés par les deux parties au conflit, elles ne sauraient donc être évacuées à l'initiative d'une des parties", a déclaré le vice-président du parlement sud-ossète, Tarzan Kokoïty, cité par le site Internet du Comité national de l'information et de la presse de l'Ossétie du Sud.

    "Le président et le gouvernement géorgiens n'appliqueront pas cet arrêté", "sinon je peux vous dire avec certitude que cela équivaut à une déclaration de guerre à l'Ossétie du Sud et à l'Abkhazie. Cela risque d'avoir des conséquences irréversibles, et toute la responsabilité en incombera à la Géorgie", a indiqué M. Kokoïty.

    Le parlement géorgien a voté mardi une déclaration recommandant au gouvernement de suspendre sans tarder le processus de paix en Abkhazie et en Ossétie du Sud et de lancer la procédure visant à "internationaliser" le format des forces de maintien de la paix.

    Les républiques séparatistes d'Abkhazie (nord-ouest), d'Adjarie (sud-ouest) et d'Ossétie du Sud (nord) ont proclamé leur indépendance après la chute de l'URSS, mais seule l'Adjarie est rentrée dans le giron géorgien. Des affrontements meurtriers qui ont opposé Abkhazes et Ossètes à la Géorgie à partir de 1992 n'ont cessé qu'après l'intervention d'une force internationale de maintien de la paix. Élu en 2004, le président Mikhaïl Saakachvili a promis de rétablir l'autorité de Tbilissi sur les régions séparatistes.

    Lire aussi:

    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik