Ecoutez Radio Sputnik
    International

    La Ligue arabe a chargé la Jordanie et l'Egypte d'entamer des contacts directs avec Israël

    International
    URL courte
    0 801
    LE CAIRE, 18 avril - RIA Novosti. La Ligue arabe a chargé la Jordanie et l'Egypte d'entamer des contacts directs avec Israël sur la mise en application de l'initiative de paix arabe, a déclaré mercredi le ministre saoudien des Affaires étrangères le Prince Saoud al-Fayçal.

    "L'Egypte et la Jordanie ont été chargés de déployer des efforts nécessaires pour relancer l'initiative de paix arabe et de contribuer ainsi à l'engagement des négociations directes sur la paix avec Israël", a notamment indiqué le chef de la diplomatie saoudienne, intervenant lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion du groupe de travail sur l'initiative de règlement négocié du conflit avec Israël au QG de la Ligue arabe au Caire.

    Bref, Le Caire et Amman doivent essayer de persuader le gouvernement israélien d'accepter l'initiative de paix proposée par la Ligue arabe.

    De son côté, le secrétaire général de la Ligue arabe a expliqué que la Jordanie et l'Egypte avaient été choisies car c'étaient les seuls pays arabes à avoir établi des relations diplomatiques avec l'Etat hébreu. Et de rappeler: "Ces pays arabes sont rentrés en possession de leurs territoires et ont établi des relations diplomatiques avec Israël".

    Quoi qu'il en soit, le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie Saoudite n'a pas exclu que les pays arabes puissent bien élargir le groupe de contact sur les négociations avec Israël si Tel-Aviv accède aux efforts de paix de la Ligue arabe.

    Parmi les conditions sine qua non d'un tel élargissement du groupe de contact, le chef de la diplomatie saoudienne a cité l'arrêt de la construction des colonies de peuplement juives et du mur de séparation dans les territoires occupés, l'abandon des opérations musclées contre les civils palestiniens, le retour sur les positions d'avant le début de la seconde intifada (révolte palestinienne) en 2000 et la cessation des fouilles à Jérusalem.

    "Dans un tel cas, un groupe élargi sera formé pour des contacts avec Israël et des consultations sur des voies à emprunter pour un règlement pacifique du conflit", a noté le Prince Saoud al-Fayçal.

    Cela dit, le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie Saoudite, pays qui assure à l'heure actuelle la présidence tournante de la Ligue arabe, a souligné que les pays arabes avaient fait leur choix stratégique en faveur de la paix avec Israël de sorte que désormais l'Etat hébreu devait faire, à son tour, des démarches aussi concrètes que sérieuses dans la voie d'un règlement d'ensemble.

    "Nous exhortons une nouvelle fois Israël à accepter l'initiative arabe de paix et à profiter de l'occasion qui se présente afin de reprendre des négociations directes tous azimuts", a poursuivi le diplomate saoudien.

    A part cela, les pays arabes ont appelé à convoquer, sous l'égide de l'Organisation des Nations Unies, une rencontre internationale pour la reprise du processus de négociations.

    L'initiative de paix arabe avait été avancée par le Roi Abdallah d'Arabie Saoudite en 2002, époque où il était encore prince héritier. Ladite initiative prévoit le départ d'Israël de tous les territoires arabes occupés et le retour aux frontières de 1967.

    Conformément à cette initiative, Israël doit reconnaître un Etat palestinien souverain avec Jérusalem-Est comme capitale. A part cela, l'initiative décrit le règlement du problème des réfugiés palestiniens sur la base de la résolution 194 de l'Assemblée Générale de l'Organisation des Nations Unies. Dans le cas où toutes ces conditions seront remplies, les Etats arabes jugeront réglé le conflit arabo-israélien et établiront des relations diplomatiques avec Israël dans le cadre d'une paix globale.

    Quoi qu'il en soit, l'Etat hébreux refuse toujours de se retirer complètement des territoires occupés en Cisjordanie et s'oppose le plus catégoriquement au retour d'un grand nombre de réfugiés palestiniens.

    Lire aussi:

    Le règlement de la crise syrienne menacé par Israël et l'Arabie saoudite?
    «Pas de paix au Proche-Orient tant que le problème palestinien ne sera pas résolu»
    Les Palestiniens exhortent le monde arabe à dire «niet» à la normalisation avec Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik