Ecoutez Radio Sputnik
    International

    La Grande-Bretagne espère que la Russie soutiendra le plan Ahtisaari sur le Kosovo

    International
    URL courte
    0 0 0

    La Grande-Bretagne espère que la Russie soutiendra, en fin de compte, le plan de Martti Ahtisaari, représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU, d'octroi de l'indépendance au Kosovo, a déclaré Gordon Brown au cours de sa première conférence de presse en qualité de premier ministre britannique.

    LONDRES, 23 juillet - RIA Novosti. La Grande-Bretagne espère que la Russie soutiendra, en fin de compte, le plan de Martti Ahtisaari, représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU, d'octroi de l'indépendance au Kosovo, a déclaré Gordon Brown au cours de sa première conférence de presse en qualité de premier ministre britannique.

    "J'espère que la Russie soutiendra également l'indépendance du Kosovo. C'est l'essentiel en ce moment", a-t-il dit.

    Le ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband a déclaré jeudi dernier que la communauté mondiale devait soutenir le plan Ahtisaari sur le Kosovo pour éviter la répétition d'une catastrophe dans les Balkans.

    La Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis sont coauteurs d'une résolution sur le Kosovo soumise au Conseil de sécurité de l'ONU qui repose sur le plan de l'envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU Martti Ahtisaari supposant l'octroi de l'indépendance de fait au Kosovo sans tenir compte de la position de la Serbie qui n'est pas prête à céder sa province.

    Vitali Tchourkine, représentant permanent de la Russie à l'ONU, a récemment déclaré que la Russie ne soutiendrait pas le plan Ahtisaari, qu'elle insistait sur la poursuite des négociations entre Pristina et Belgrade et sur le changement de représentant spécial de l'ONU en remplacement de Martti Ahtisaari, "dont le plan a échoué".

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Crimée, Kosovo: le Président tchèque dénonce le «double standard»
    Le Kosovo, premier «exportateur» de terroristes européens au Moyen-Orient
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik