Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le premier ministre biélorusse à Moscou pour négocier $1,5 milliard de crédit

    International
    URL courte
    0 0 0 0

    Le premier ministre biélorusse Sergueï Sidorski arrive lundi en visite à Moscou, pour discuter de l'octroi à Minsk d'un crédit de 1,5 milliard de dollars pour le paiement des livraisons de gaz russe et la restructuration de la dette biélorusse, a annoncé à RIA Novosti le service de presse du gouvernement biélorusse.

    MINSK, 30 juillet - RIA Novosti. Le premier ministre biélorusse Sergueï Sidorski arrive lundi en visite à Moscou, pour discuter de l'octroi à Minsk d'un crédit de 1,5 milliard de dollars pour le paiement des livraisons de gaz russe et la restructuration de la dette biélorusse, a annoncé à RIA Novosti le service de presse du gouvernement biélorusse.

    Depuis début 2007, le prix du gaz pour la Biélorussie est passé de 46,68 dollars à 100 dollars les 1000 m3. Cependant, Minsk n'a payé que partiellement les livraisons de gaz, à raison de 55 dollars les mille m3.

    En ce moment, la Biélorussie doit à la Russie 450 millions de dollars pour le gaz russe fourni. Jusqu'au 1er juin, la Biélorussie a payé 50% des livraisons. A partir de juin, elle devait payer 100% du coût du gaz et s'acquitter de sa dette pour le premier semestre 2007. Vers le 22 juillet, Minsk devait avoir payé entièrement les livraisons de gaz russe effectuées en 2007.

    Des pourparlers sont en cours entre Beltransgaz et Gazprom sur la restructuration de la dette ou l'ajournement du paiement.

    Le ministre russe des Finances Alexeï Koudrine a déclaré que le gouvernement russe avait approuvé l'octroi d'un crédit à la Biélorussie. "C'est une approbation préalable, parce que la décision définitive sera prise par le gouvernement sous forme d'amendements au budget", a-t-il dit.

    Lire aussi:

    Halte à l'hystérie autour d'exercices militaires en Biélorussie
    La Biélorussie pourrait acheter des missiles russes Iskander
    Les «Biélorusses en colère» protestent contre l’impôt «sur les parasites»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik