Ecoutez Radio Sputnik
    International

    British Council: les démarches de Moscou mettent en péril les relations bilatérales (Foreign Office)

    International
    URL courte
    0 1 0 0
    LONDRES, 15 janvier - RIA Novosti. Les démarches de Moscou contre les bureaux régionaux du British Council font peser une menace sur les relations russo-britanniques, indique une déclaration du secrétaire aux Affaires étrangères David Miliband.

    Le ministère russe des Affaires étrangères (MID) exige la fermeture des représentations régionales du British Council à Saint-Pétersbourg et Ekaterinbourg, qui n'ont pas été enregistrées en bonne et due forme.

    Le chef de la diplomatie britannique a rappelé mardi que la Russie avait annoncé lundi son intention de refuser les visas à certains employés des consulats généraux britanniques à Saint-Pétersbourg et à Ekaterinbourg, en raison de la reprise, après les fêtes de fin d'année, de l'activité des bureaux du British Council dans ces villes, malgré la mise en demeure du MID.

    La partie russe a également refusé de délivrer des visas aux employés britanniques nouvellement affectés dans les consulats généraux à Saint-Pétersbourg et à Ekaterinbourg pour administrer les bureaux régionaux du BC et ne prorogera pas l'accréditation de ceux qui y travaillent déjà.

    "Les mesures de ce genre ne font qu'aggraver la situation. Il n'est pas dans l'intérêt de la Russie ni dans celui de la Grande-Bretagne de voir des échanges aussi intenses dans les domaines de la culture, de l'éducation et de la science devenir otages de problèmes qui leur sont totalement étrangers", a indiqué M. Miliband.

    Selon lui, Londres fera bientôt connaître sa réaction aux démarches des autorités russes.

    Lire aussi:

    La date de l’inspection finale des stades russes du Mondial 2018 est connue
    Cinq villes russes sont déjà prêtes à accueillir le Mondial 2018
    Une ville hôte du Mondial 2018 acquerra des tablettes pour les spectateurs du tournoi
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik