Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Iran: la Russie livre 11 tonnes de combustible nucléaire à Téhéran (Atomstroyexport)

    International
    URL courte
    0 1 0 0

    La Russie a confirmé jeudi la nouvelle livraison à l'Iran de 11 tonnes de combustible nucléaire pour la centrale de Bouchehr, annoncée plus tôt par l'Organisation de l'énergie atomique iranienne.

    MOSCOU, 24 janvier - RIA Novosti. La Russie a confirmé jeudi la nouvelle livraison à l'Iran de 11 tonnes de combustible nucléaire pour la centrale de Bouchehr, annoncée plus tôt par l'Organisation de l'énergie atomique iranienne.

    "L'Iran a reçu la sixième livraison de combustible nucléaire composée de 24 cartouches d'uranium pour un poids de 11 tonnes d'uranium", a indiqué à RIA Novosti la porte-parole du constructeur nucléaire russe Atomstroyexport, Irina Essipova.

    Le PDG du géant nucléaire russe Rosatom, Sergueï Kirienko, a annoncé la semaine dernière que le combustible nucléaire nécessaire au démarrage de la centrale de Bouchehr serait entièrement acheminé en février prochain.

    Le patron du constructeur nucléaire russe Atomstroyexport, Sergueï Chmatko, avait déclaré en décembre dernier que la centrale de Bouchehr ne serait pas lancée d'ici fin 2008. En revanche, le ministre iranien des Affaires étrangères Manoucher Mottaki a affirmé que la centrale fonctionnerait à 50% de ses capacités d'ici l'été 2008.

    Le 16 décembre 2007, la Russie a entamé des livraisons de combustible nucléaire pour la centrale de Bouchehr à laquelle elle doit fournir près de 82 tonnes de combustible. Huit livraisons doivent s'étaler sur deux mois. Les livraisons sont effectuées sous le contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

    Lire aussi:

    L’Iran pourra-t-il enrichir de l’uranium pour fabriquer une bombe atomique?
    L’Iran prêt à reprendre la production d’uranium enrichi dans un délai de 5 jours
    Et qu'arriverait-il si un avion s'écrasait sur une centrale nucléaire?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik