Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Nucléaire iranien: les sanctions de l'ONU, obstacle à la coopération Téhéran-AIEA (diplomatie iranienne)

    International
    URL courte
    Iran, puissance nucléaire (696)
    0 0 0
    MOSCOU, 8 février - RIA Novosti. L'adoption d'une nouvelle résolution par le Conseil de sécurité de l'ONU contre l'Iran nuira à la coopération entre Téhéran et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a déclaré vendredi l'ambassadeur d'Iran à Moscou Gholam Reza Ansari.

    "Nous sommes convaincus que l'adoption d'une telle résolution se répercutera sur le dynamisme de la coopération entre l'Iran et l'AIEA", a-t-il fait savoir au cours d'une conférence de presse à Moscou.

    Selon le diplomate, Téhéran ne voit aucune logique à ce que le dossier nucléaire iranien reste sous la juridiction du Conseil de sécurité.

    Le Conseil de sécurité examine actuellement un projet de résolution contre l'Iran, qui prévoit un renforcement du régime de sanctions, à la suite du refus de Téhéran de mettre un terme à ses activités d'enrichissement d'uranium.

    Un transfert de dossier du Conseil de sécurité vers l'AIEA est selon M. Ansari la seule issue à cette situation.

    "L'AIEA est le seul organisme apte à résoudre les problèmes du dossier iranien et à fournir des conclusions sur les programmes", a-t-il poursuivi.

    Selon lui, la République islamique est disposée à poursuivre les négociations avec l'AIEA "afin d'atteindre une plus grande transparence et une plus grande ouverture dans différents domaines".

    "Nous espérons que la coopération entre Téhéran et l'AIEA s'intensifiera", a-t-il conclu.

    Le projet de sanction, élaboré par la troïka européenne (Allemagne, France et Grande-Bretagne) au sein des négociateurs appelle les Etats à interdire d'entrée et de transit par leur territoire les personnes figurant ou susceptibles d'être incluses dans les listes accompagnant les résolutions.

    Le projet demande aux Etats d'établir sur leur territoire un monitoring de l'activité des établissements financiers liés aux banques iraniennes, notamment la Bank Melli et la Bank Saderat, afin d'empêcher le financement des programmes nucléaires.

    La troïka a en outre proposé d'inspecter les cargaisons en direction et en provenance d'Iran transportées par les compagnies Iran Air Cargo et Islamic Republic of Iran Shipping Line.

    Dossier:
    Iran, puissance nucléaire (696)

    Lire aussi:

    La Russie s’exprime sur les accusations portées par Netanyahu contre l’Iran
    La Russie est opposée à l'implication de l'AIEA dans le processus de désarmement nucléaire
    Chef de la diplomatie iranienne: les USA ne respectent pas l’accord sur le nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik