Ecoutez Radio Sputnik
    International

    L'Irak au menu du nouveau round des négociations irano-américaines

    International
    URL courte
    0 0 0

    Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki a confirmé la volonté de son pays de prendre part à un nouveau round de négociations avec les Etats-Unis après le 11 février (Journée de la révolution islamique en Iran).

    TEHERAN, 8 février - RIA Novosti. Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki a confirmé la volonté de son pays de prendre part à un nouveau round de négociations avec les Etats-Unis après le 11 février (Journée de la révolution islamique en Iran).

    "Nous avons accepté de tenir un nouveau round de négociations avec les Etats-Unis après le 22 Bahman (le 11 février d'après le calendrier persan)", a déclaré vendredi M. Mottaki à la Deuxième chaîne de la télévision iranienne.

    Il a ajouté que les négociations porteraient uniquement sur la sécurité en Irak et que le rétablissement des relations diplomatiques irano-américaines ne figurait pas à l'ordre du jour.

    Début janvier dernier, Téhéran et Washington avaient échangé, par l'intermédiaire de leurs représentants, des propositions concernant la reprise des négociations sur la sécurité en Irak.

    Selon le porte-parole de la diplomatie iranienne Mohammad Ali Hosseini, Téhéran avait proposé "d'arrêter une approche sérieuse de la lutte contre les groupes terroristes et d'investir les autorités irakiennes des pouvoirs nécessaires pour garantir la sécurité à l'intérieur du pays".

    Les négociations américano-iraniennes de Bagdad, le 28 mai dernier, ont constitué le premier contact officiel entre Washington et Téhéran après la rupture des relations diplomatiques en 1979 à la suite de l'assaut - par les partisans de l'ayatollah Khomeini - de l'ambassade américaine qualifiée de "foyer d'espionnage et de complots contre l'Iran". Après avoir pris en otage 52 diplomates américains, les assaillants les ont retenus 444 jours.

    Washington accuse Téhéran de soutenir les milices chiites en Irak, mais les autorités iraniennes rejettent cette accusation. L'Iran estime que la violence et l'instabilité dans ce pays plongent leurs racines dans la présence des troupes d'occupation dirigées par les Etats-Unis.

    Les responsables iraniens soulignent invariablement qu'ils se prononcent pour la paix et la stabilité en Irak et qu'ils soutiennent le gouvernement légitime de Nouri al-Maliki.

    Lire aussi:

    Le «nid d'espion» à Téhéran est aujourd’hui un musée
    Khamenei accuse Washington d'avoir créé Daech
    Accord nucléaire: l’Europe veut-elle «entraîner l’Iran dans un piège économique»?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik