Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Kosovo: Jirinovski dénonce une "provocation" des Occidentaux

    International
    URL courte
    Statut du Kosovo (2007) (365)
    0 0 0
    MOSCOU, 20 février - RIA Novosti. En reconnaissant le Kosovo, l'Occident cherche à "provoquer" la Russie pour la mettre dans une situation délicate, a estimé mercredi le vice-président de la Douma (chambre basse du parlement russe) et candidat à l'élection présidentielle, Vladimir Jirinovski.

    "Personne n'a besoin du Kosovo. Ils (les Occidentaux) cherchent à nous provoquer (en poussant la Russie à reconnaître l'indépendance des régimes séparatistes postsoviétiques) pour nous dire par la suite: vous avez reconnu l'Abkhazie, mais le peuple tchétchène a aussi le droit de voir son indépendance reconnue", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse.

    Le 17 février dernier, le parlement du Kosovo a proclamé unilatéralement l'indépendance de cette province serbe. Dans un premier temps, la république autoproclamée sera placée sous contrôle international.

    Selon M. Jirinovski, les événements au Kosovo ont "encouragé" les tendances séparatistes en Transnistrie, en Abkhazie et en Ossétie du Sud.

    "Pour l'instant, la Russie va éviter de reconnaître le Kosovo. Que l'Occident éprouve toute l'amertume de cette reconnaissance, que le monde entier comprenne ce que signifie la création d'un Etat sur le territoire d'un autre Etat", s'est exclamé le leader du Parti libéral-démocrate (LDPR).

    Dans le même temps, a poursuivi M. Jirinovski, les Etats-Unis ont besoin du Kosovo pour mettre en oeuvre leur "politique de la carotte et du bâton". "Le bâton c'est l'Afghanistan, l'Irak et l'Iran, et la carotte c'est le Kosovo", a-t-il dit.

    Par ailleurs, a-t-il poursuivi, Washington souhaite disposer d'une "forte base militaire" proche de la Turquie et du sud de la Russie, mais aussi miner l'autorité de l'ONU.

    Dossier:
    Statut du Kosovo (2007) (365)

    Lire aussi:

    Économiste allemand: le Kosovo, «zone aveugle» de l’Europe
    Levée des visas pour l’UE: le Kosovo risque de se dépeupler de plus de la moitié
    10 ans d'indépendance du Kosovo: nos attentes «étaient beaucoup plus élevées»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik