Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Nucléaire iranien: Téhéran prêt à ratifier le protocole additionnel signé avec l'AIEA (député)

    International
    URL courte
    Iran, puissance nucléaire (696)
    0 0 0

    Le Majlis (parlement iranien) ne ratifiera le protocole additionnel à l'accord de garanties avec l'AIEA qu'après la reconnaissance officielle du droit de l'Iran aux technologies nucléaires pacifiques.

    TEHERAN, 20 février - RIA Novosti. Le Majlis (parlement iranien) ne ratifiera le protocole additionnel à l'accord de garanties avec l'AIEA qu'après la reconnaissance officielle du droit de l'Iran aux technologies nucléaires pacifiques, a déclaré le porte-parole de la commission parlementaire pour la politique extérieure et la sécurité, Kazem Jalali.

    "La ratification du protocole additionnel n'est possible que sous réserve de la reconnaissance du droit officiel de l'Iran aux recherches nucléaires pacifiques dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et de la réalisation de ce droit par notre pays, a-t-il confié mercredi à RIA Novosti.

    "Nous n'avons rien contre le protocole additionnel, mais dénonçons la tendance à utiliser les accords internationaux pour exercer une pression politique", a ajouté le parlementaire iranien.

    Aux termes du protocole additionnel signé par Téhéran en 2003, mais non ratifié par le Majlis, l'Iran a ouvert tous ses sites nucléaires aux inspections surprises des experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

    Début février 2006, le Conseil des gouverneurs de l'AIEA a adopté une résolution engageant l'Agence à présenter régulièrement des informations au Conseil de sécurité de l'ONU sur le problème nucléaire de l'Iran. Cette résolution a incité le président iranien Mahmoud Ahmadinejad à suspendre "l'application bénévole du Protocole additionnel au TNP, ainsi que toute autre activité dépassant le cadre de la coopération entre l'Iran et l'AIEA".

    Selon M. Jalali, le caractère pacifique du programme nucléaire iranien sera confirmé début mars prochain par le directeur général de l'AIEA Mohamed ElBaradei dans son rapport au Conseil des gouverneurs de l'agence.

    Le parlementaire a invité les Etats-Unis, qui soupçonnent Téhéran de vouloir créer l'arme atomique, à "renoncer à la politisation du problème nucléaire de l'Iran".

    "Les Américains doivent modifier leur politique et coopérer avec la Russie qui a adopté une position logique et pondérée sur la question nucléaire iranienne", a-t-il indiqué.

    "L'Iran a déclaré dès le début que les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité de l'ONU revêtent un caractère hostile et constituent une violation de la législation internationale", a rappelé le parlementaire iranien.

    Ces dernières années, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté deux résolutions - 1737 (décembre 2006) et 1746 (2007) - qui sanctionnaient l'Iran pour son refus d'établir un moratoire sur l'enrichissement d'uranium et d'abandonner son programme balistique. Un nouveau projet de résolution prévoyant des sanctions économiques supplémentaires contre Téhéran vient d'être soumis aux membres du Conseil de sécurité par la troïka européenne réunissant l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne.

    Dossier:
    Iran, puissance nucléaire (696)

    Lire aussi:

    Apocalypse selon l'accord: comment fait-on la guerre avec une arme nucléaire
    Israël et Trump saperaient le «renforcement du régime de non-prolifération nucléaire»
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik