Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Russie-Géorgie: Moscou respecte ses obligations (Lavrov)

    International
    URL courte
    Aggravation de la crise russo-géorgienne (59)
    0 0 0

    La Russie respecte ses obligations à l'égard de la Géorgie et espère la réciprocité de la part de Tbilissi, a déclaré mardi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov devant les parlementaires russes.

    MOSCOU, 20 mai - RIA Novosti. La Russie respecte ses obligations à l'égard de la Géorgie et espère la réciprocité de la part de Tbilissi, a déclaré mardi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov devant les parlementaires russes.

    "Nous respectons nos engagements pris lors d'une rencontre des présidents (russe et géorgien) en février dernier. Nous comptons sur une réaction réciproque de la partie géorgienne. Toutefois, ce n'est pas encore le cas", a indiqué le ministre lors d'auditions parlementaires consacrées au règlement des conflits dans l'espace de la Communauté des États Indépendants (ex-républiques soviétiques moins les pays baltes).

    La Russie a repris les communications aériennes avec la Géorgie, a annulé certaines restrictions concernant la délivrance de visas russes et se prépare à des consultations d'experts consacrées au retour des produits géorgiens sur le marché russe, a rappelé M.Lavrov.

    Moscou appelle Tbilissi à oeuvrer pour le développement de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud (deux républiques autoproclamées sur le territoire géorgien), à renoncer aux provocations et au boycott. "Nous souhaitons rétablir des relations de bon voisinage avec la Géorgie", a conclu le ministre russe.

    Dossier:
    Aggravation de la crise russo-géorgienne (59)

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    L'Otan propose à Moscou de ne plus reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik