Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Législatives en Géorgie: Saakachvili met en garde contre les "malveillants"

    International
    URL courte
    0 0 0
    TBILISSI, 20 mai - RIA Novosti. Le président géorgien Mikhaïl Saakachvili s'est dit certain mardi que le 21 mai, le peuple géorgien élirait "les meilleurs" au parlement du pays et que ces élections seraient justes et pacifiques, en dépit de l'aspiration de malveillants qui souhaitent asservir la Géorgie, rapporte l'agence News-Georgia.

    S'adressant mardi à la nation depuis la ville de Koutaïssi, à la veille des législatives en Géorgie, M. Saakachvili a également promis de "tout faire" afin de garantir le choix authentique du peuple.

    "J'espère que les gens ne choisiront pas la confrontation, la ruine, le chaos et les désordres, mais l'unité, l'ordre et l'édification. Nous avons déjà suffisamment détruit par le passé, il est temps à présent de construire", a indiqué le chef de l'Etat géorgien.

    M. Saakachvili a exhorté tous et chacun à se rendre bien compte de l'importance considérable des élections parlementaires.

    "Les malveillants se cachent partout. Ils veulent que les élections de demain dégénèrent en vague de confrontation et de chaos pour réaliser, par la suite, sur cette vague, leur rêve éternel, comme au siècle dernier, d'asservir de nouveau la Géorgie, de jouer sur sa confrontation intestine et de mettre de nouveau notre pays libre dans une situation de dépendance, de servitude", a poursuivi le président géorgien.

    "Je veux que tout le monde retienne que la Géorgie est invincible quand elle est unie et bénéficie du soutien du monde civilisé. C'est pourquoi l'examen de demain est notre épreuve commune", a-t-il souligné.

    Lire aussi:

    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    La vidéo du commando chargé d’expulser Saakachvili à Kiev publiée (vidéo)
    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik