Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Un escroc originaire d'Odessa arrêté à Monaco (Kommersant)

    International
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, 21 juillet - RIA Novosti. Un Ukrainien originaire d'Odessa accusé d'avoir pillé des banques russes a été arrêté à Monaco, apprend-on lundi dans le quotidien Kommersant.

    Les services secrets américains qualifient Evgueni Dvoskine d'escroc financier de grande envergure; par suite de demandes de la Russie et des Etats-Unis, il figure sous différents noms dans les fichiers d'Interpol.

    "Le Comité d'enquêtes du Parquet général russe espère obtenir l'extradition de M. Dvoskine afin de pouvoir enquêter sur des dizaines d'affaires relatives à la réception de milliards de roubles en liquide. Mais l'escroc présumé sera probablement extradé vers les Etats-Unis où il risque jusqu'à 25 ans de prison pour fraude sur titres", estime le quotidien Kommersant.

    Comme l'a fait savoir au quotidien Jason Pack, du service de presse du FBI (Bureau fédéral des investigations), l'Ukrainien Evgueni Dvoskine a été arrêté par ses collègues "il y a à peu près deux semaines" à Monaco et se trouve actuellement entre les mains du FBI.

    Selon lui, Evgueni Dvoskine est recherché par le FBI depuis 2003, date à laquelle le tribunal de l'arrondissement Est de New York l'avait accusé, ainsi que huit de ses complices, de fraude sur titres et de blanchiment d'argent pour un montant total de 2,3 millions de dollars. Tous les accusés avaient alors été arrêtés et condamnés, mis à part Evgueni Dvoskine qui avait réussi à échapper aux autorités. L'attaché juridique du FBI James Tracy a fait savoir, dans sa correspondance avec le Comité d'enquête du ministère russe de l'Intérieur, qu'il s'agissait de fraudes commises en 1997-1998 et concernant les titres de plusieurs grandes compagnies, dont les actions étaient alors officiellement cotées en bourse aux Etats-Unis. Le FBI n'a réussi à élucider ces infractions que cinq ans plus tard: le 5 mai 2003, Evgueni Dvoskine fut accusé par contumace d'escroquerie et de blanchiment d'argent issu d'activités criminelles". Selon la législation américaine, l'accusé risque jusqu'à 25 ans de réclusion.

    "Il a été accusé par contumace car le service des migrations des Etats-Unis l'avait arrêté en possession d'un faux passeport canadien et l'avait extradé vers l'Ukraine, pays où il est né et a grandi", poursuit le quotidien.

    "D'après les renseignements du FBI, entre 1990 et 2000, Evgueni Dvoskine qui se présentait également sous les noms de Slousker, Sousker, Slouchke, Chouster, Altman, Lozine et Kozine, a été arrêté 15 fois aux Etats-Unis, entre autres, pour actes de violence, vol, fraude fiscale, détournement de taxi, etc. Mais les juges se sont presque toujours bornés à lui infliger des amendes ou à le condamner avec sursis. Il ne fut condamné que deux fois à des peines réelles qui d'ailleurs n'ont jamais dépassé 2 ans et demi", indique le journal.

    Selon le quotidien, après son retour en Ukraine, M. Dvoskine a obtenu un passeport russe (le Service fédéral russe des migrations l'a récemment qualifié de contrefait) puis s'est installé à Moscou.

    En Russie, il a rejoint un groupement spécialisé dans les opérations de blanchiment de grandes sommes d'argent. "Selon la police, les membres du groupe agissaient dans l'intérêt de clients de grandes banques russes. Ils entraient en contact avec les dirigeants de petites banques et, en recourant aux menaces, au chantage ou à la subornation, les plaçaient sous leur contrôle. Ensuite, en se servant de "firmes écrans", les escrocs transformaient d'immenses sommes d'argent en liquidités grâce à ces banques", explique le journal.

    Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

    Lire aussi:

    L’avocat d’un hacker russe accusé de cyberpiratage envoie une lettre à Donald Trump
    Une photo de son enfance l’aide à retrouver son amoureuse 25 ans plus tard
    Le FBI aurait piraté au hasard des ordinateurs en Russie, en Chine et en Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik