Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Géorgie-Ossétie du Sud: un nouveau groupe de réfugiés ossètes arrive en Russie

    International
    URL courte
    0 0 0
    VLADIKAVKAZ, 5 août - RIA Novosti. Quatre autocars transportant des réfugiés - 98 enfants et 48 adultes - évacués d'Ossétie du Sud (république autoproclamée sur le territoire géorgien) sont arrivés en Russie, a annoncé mardi le porte-parole du ministère nord-ossète des Situations d'urgence Vladimir Ivanov.

    Cette fois, il s'agit des "femmes et enfants de Tskhinvali qui sont restés lundi dans le village sud-ossète de Djava, à la frontière russe, parce qu'ils n'ont pas de proches susceptibles de les accueillir en Ossétie du Nord", a précisé M.Ivanov. Quelque 300 personnes souhaitant se refugier en Russie se trouvent toujours à Djava, selon lui.

    L'évacuation des femmes et des enfants de Tskhinvali, la capitale sud-ossète, a commencé le 2 août, après des échanges de tirs qui ont fait six morts et quinze blessés civils côté sud-ossète et neuf blessés côté géorgien, dans la nuit de vendredi à samedi.

    La république russe d'Ossétie du Nord a déjà accueilli 814 femmes et enfants sud-ossètes dimanche et lundi.

    L'Ossétie du Sud avait le statut de région autonome au sein de la Géorgie à l'époque de l'URSS. Le premier président géorgien Zviad Gamsakhourdia a supprimé son autonomie. Indignées par cette démarche, les autorités sud-ossètes ont organisé une riposte armée contre la Géorgie. A la suite des hostilités, qui ont duré jusqu'en 1992, Tbilissi a perdu le contrôle de la région. L'Ossétie du Sud cherche depuis à se faire reconnaître par la communauté internationale, mais la Géorgie la considère comme une partie constitutive de son territoire. La paix dans la zone du conflit est maintenue par un contingent mixte composé de trois bataillons (russe, géorgien et nord-ossète) forts de 500 hommes chacun.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik