Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Le parlement de Crimée appelle l'Ukraine à reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud

    International
    URL courte
    0 11

    Le Conseil suprême de la république autonome Crimée (Ukraine) a adopté mercredi par 79 voix sur 90 une déclaration appelant les autorités ukrainiennes à reconnaître l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

    SIMFEROPOL, 17 septembre - RIA Novosti. Le Conseil suprême de la république autonome de Crimée (Ukraine) a adopté mercredi par 79 voix sur 90 une déclaration appelant les autorités ukrainiennes à reconnaître l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

    "Le Conseil suprême de la république autonome de Crimée soutient le droit des peuples abkhaz et sud-ossète à l'autodétermination et appuie les actions de la Fédération de Russie visant à garantir la sécurité des républiques d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud, à la suite de l'agression militaire géorgienne à l'encontre du peuple sud-ossète et des tentatives de renverser le gouvernement légitime d'Abkhazie", lit-on dans la déclaration du Conseil suprême.  

    La Crimée était une région au sein de la République de Russie à l'époque de l'URSS et est aujourd'hui encore peuplée aux deux tiers de russophones. Elle a été cédée par le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev à l'Ukraine en 1954 pour "commémorer le tricentenaire de la réunification des deux pays". La Flotte russe de la mer Noire est toujours stationnée à Sébastopol, en Crimée, conformément à un accord russo-ukrainien qui expirera en 2017.

    La politique de Kiev et son désir d'adhérer à l'OTAN suscitent l'irritation des habitants pro-russes de Crimée. Entre janvier et avril 2008, quatre manifestations contre l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN ont eu lieu à Simféropol (Crimée). Selon les résultats des "référendums populaires", organisés en Crimée, à Sébastopol, à Kiev et dans la région de Nikolaevsk, 84 à 99% des Ukrainiens sont hostiles à la politique d'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, menée par l'Etat.

    La présence dans la région d'une importante minorité tatare, très antirusse, limite les chances de reproduction du scénario géorgien en Crimée, selon les observateurs.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    La guerre des 5 jours en Ossétie du Sud: «la Russie a obtenu le plus important, la paix»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik