Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Inutile de souligner que les pays baltes ont été occupés par l'URSS (Diète lettone)

    International
    URL courte
    0 01
    RIGA, 17 septembre - RIA Novosti. Il n'est plus besoin de souligner que les pays baltes ont été autrefois occupés par l'URSS, car ils sont actuellement membres de l'UE et de l'OTAN, a déclaré a RIA Novosti Andris Berzins, ancien premier ministre letton et président de la commission des Affaires étrangères de la Diète lettone.

    C'est en ces termes qu'il a commenté la résolution, adoptée mardi soir par le Sénat américain, qui appelle la Russie à reconnaître le caractère illégitime de l'occupation soviétique de la Lettonie, de la Lituanie et de l'Estonie.

    "Le Congrès demande au président des Etats-Unis et à la secrétaire d'Etat américaine d'inviter le gouvernement de la Fédération de Russie à reconnaître que l'occupation de la Lettonie, de l'Estonie et de la Lituanie pendant 51 ans, en vertu du Pacte Molotov-Ribbentrop, était illégitime", indique la résolution du Sénat.

    "Les Etats-Unis n'ont jamais reconnu l'annexion des pays baltes par l'URSS. A l'heure actuelle, la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie sont membres de l'UE et de l'OTAN, si bien qu'il est inutile d'attirer l'attention sur le fait qu'elles ont jadis été occupées par l'URSS. Je pense que les Etats-Unis ont adopté cette résolution en prévision de l'élection présidentielle. Les candidats à ce poste auront désormais un nouveau thème de discussion", a souligné le parlementaire letton.

    Le 18 novembre 2008, l'Etat letton célébrera le 90e anniversaire de sa proclamation d'indépendance. Le pays a fait partie de l'Union soviétique de 1940 à 1991.

    Lire aussi:

    En cas de guerre, la Lettonie suggère à sa population de se défendre toute seule
    Le rédacteur en chef de Sputnik Lettonie arrêté à Riga à son atterrissage
    Arrestation du rédacteur en chef de Sputnik en Lettonie: une «tentative d’intimidation»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik