Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Visite des parlementaires européens en Géorgie: la situation d'après-guerre au menu

    International
    URL courte
    0 0 0
    TBILISSI, 27 octobre - RIA Novosti. Une délégation spéciale du Parlement européen est arrivée pour une visite de trois jours en Géorgie afin d'étudier la situation post-conflit en Ossétie du Sud.

    Les membres de la délégation mèneront des rencontres avec des représentants du gouvernement géorgien, des organisations internationales, et des observateurs de l'ONU et effectueront une visite dans la région de Tskhinvali.

    "Nous sommes venus en Géorgie pour prendre connaissance de la situation d'après-guerre. Nous rencontrerons des représentants du gouvernement géorgien, la population ayant souffert des événements d'août dernier, ainsi qu'avec des observateurs de l'UE", a déclaré aux journalistes la coordinatrice de la délégation du Parlement européen, Marie Anne Isler Beguin, citée par l'agence News-Georgia.

    "Nous sommes surtout préoccupés par le sort des réfugiés, dont une partie ne peuvent pas revenir dans leurs maisons, leurs villages étant toujours contrôlés par les Ossètes. Nous voulons savoir s'ils ont des problèmes à l'approche de l'hiver", a-t-elle ajouté.

    Selon elle, à l'issue de la visite, la délégation fera un rapport au Parlement européen, ensuite les parlementaires mettront au point un plan concret d'aide à la Géorgie.

    La Russie a reconnu le 26 août l'indépendance des républiques autoproclamées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud au lendemain d'une offensive armée lancée par Tbilissi contre cette dernière, le 8 août, qui s'est soldée par la destruction de Tskhinvali, la capitale sud-ossète, et la mort de centaines de civils.

    Lire aussi:

    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    La Syrie et l'Ossétie du Sud établissent des relations diplomatiques
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik