Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Ossétie du Sud: la Géorgie prépare des provocations (KGB sud-ossète)

    International
    URL courte
    0 0 0

    De jeunes gens résidant dans les enclaves géorgiennes sur le territoire de l'Ossétie du Sud suivent des stages de renseignement et de subversion en Géorgie, a déclaré mardi à RIA Novosti le président du Comité de sécurité d'Etat (KGB) sud-ossète Boris Atoïev.

    VLADIKAVKAZ, 7 avril - RIA Novosti. De jeunes gens résidant dans les enclaves géorgiennes sur le territoire de l'Ossétie du Sud suivent des stages de renseignement et de subversion en Géorgie, a déclaré mardi à RIA Novosti le président du Comité de sécurité d'Etat (KGB) sud-ossète Boris Atoïev.

    "Je peux dire que des provocations seront organisées par les services spéciaux géorgiens, notamment dans la zone frontalière. Nous avons toutes les raisons d'émettre de telles suppositions. Nous disposons de suffisamment d'informations indiquant que de jeunes gens résidant dans des enclaves sont dirigés vers des camps d'entraînement pour être formés au renseignement et à la subversion. Il se peut que les autorités géorgiennes essaient de les enrôler dans des actes terroristes et des provocations, y compris lors de rassemblements près de la frontière", a indiqué le président du KGB sud-ossète.

    Quoi qu'il en soit, M.Atoïev ne pense pas que la Géorgie essaie de lancer une nouvelle opération d'envergure contre l'Ossétie du Sud.

    "Je n'ignore pas que de telles rumeurs courent, et que le peuple s'en inquiète. Je tiens à rassurer tout le monde. Je ne pense pas que de nouvelles opérations d'envergure soient à craindre ", a-t-il poursuivi.

    "La situation politique en Géorgie est telle à présent que ses services spéciaux font circuler toute sorte de bruits. Cela se fait sans doute pour détourner l'attention de la population des problèmes intérieurs du pays. En outre, cela vise à déstabiliser la situation dans notre république", a ajouté le président du KGB.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik