Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Thaïlande: pas de voyages sans nécessité absolue (diplomatie russe)

    International
    URL courte
    0 0 10

    Le ministère russe des Affaires étrangères (MID) recommande à ses citoyens de bien réfléchir avant de se rendre en Thaïlande, soumise actuellement à l'état d'urgence, stipule lundi un communiqué du Département de l'Information et de la Presse du MID.

    MOSCOU, 13 avril - RIA Novosti. Le ministère russe des Affaires étrangères (MID) recommande à ses citoyens de bien réfléchir avant de se rendre en Thaïlande, soumise actuellement à l'état d'urgence, stipule lundi un communiqué du Département de l'Information et de la Presse du MID.

    "Le MID recommande aux citoyens russes de s'abstenir de se rendre en Thaïlande tant que l'état d'urgence est en vigueur dans ce pays. On recommande aux ressortissants russes séjournant à Bangkok de faire preuve de prudence, d'éviter les lieux de rassemblement et de ne pas sortir nuitamment", insiste la diplomatie russe.

    Sur fond de manifestations continues et de tension extrême, le premier ministre du pays Abhisit Vejjajiva a décrété dimanche l'état d'urgence à Bangkok. Il a recouru à cette mesure d'exception car il est confronté depuis des semaines aux manifestations des "chemises rouges" - surnom des partisans de l'ex-premier ministre en exil Thaksin Shinawatra - qui réclament sa démission et des élections anticipées.

    Selon la police de la capitale, les heurts entre opposants et forces de l'ordre ont fait des victimes.

    L'ambassade russe en Thaïlande n'a pas d'information sur la présence de citoyens russes parmi les victimes.

    Samedi dernier, les "chemises rouges" avaient provoqué l'annulation d'un sommet asiatique dans la station balnéaire de Pattaya en prenant d'assaut l'hôtel où il se déroulait, obligeant les dirigeants à fuir par hélicoptère depuis les toits.

    L'arrestation, dimanche, du leader des protestataires de Pattaya, Arisman Pongreungrong, a aggravé la tension.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik