Ecoutez Radio Sputnik
    International

    OssétieSud: Tskhinval, cible de tirs du côté géorgien (officiel)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Des inconnus ont soumis cette nuit depuis le village de Nikozi, en territoire géorgien, les quartiers sud de la capitale sud-ossète Tskhinval à des tirs de roquette

    VLADIKAVKAZ, 30 juillet - RIA Novosti. Des inconnus ont soumis cette nuit depuis le village de Nikozi, en territoire géorgien, les quartiers sud de la capitale sud-ossète Tskhinval à des tirs de roquette, a fait savoir à RIA Novosti le porte-parole du ministère de l'Information et de la Presse de la république.

    Le village de Nikozi se trouve à quelques kilomètres des confins sud de Tskhinval.

    Selon la source, on aurait vraisemblablement tiré au lance-roquettes sur des quartiers d'habitations.

    "Il est difficile d'affirmer qu'il s'agissait de roquettes, car les obus ont explosé en l'air. Par chance les tirs n'ont pas fait de victimes, a précisé le porte-parole du ministère.

    C'est le premier tir visant l'Ossétie du Sud à partir de la Géorgie depuis les événements d'août 2008, a indiqué le porte-parole.

    La Géorgie n'a pas commenté l'incident.

    L'armée géorgienne est intervenue dans la nuit du 7 au 8 août 2008 en Ossétie du Sud, une des deux républiques qui revendiquaient leur indépendance par rapport à la Géorgie. Elle a pilonné Tskhinval, la capitale, à coups de lance-roquettes multiples Grad, détruisant la ville et tuant 1.492 civils, selon les autorités sud-ossètes. La Russie a riposté par une opération militaire de grande envergure visant à contraindre la Géorgie à la paix, que certains responsables politiques occidentaux ont qualifiée d'usage disproportionné de la force armée.

    Lire aussi:

    La Syrie et l'Ossétie du Sud établissent des relations diplomatiques
    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik