Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Criquets pélerins: l'Afrique de l'Ouest menacée par une invasion (ONU)

    International
    URL courte
    0 01
    LE CAIRE, 19 octobre - RIA Novosti. Une invasion sans précédent de criquets pélerins, qui ont proliféré cette année en nombre impressionnant dans l'ouest de la Mauritanie, menace les emblavures de tous les pays ouest-africains, lit-on dans une déclaration du Bureau pour la coordination des affaires humanitaires de l'ONU, diffusée lundi au Caire.

    "La grande concentration de criquets (larves et insectes adultes) constatée cette année dans l'ouest de la Mauritanie, inspire des craintes sérieuses aux spécialistes qui signalent le risque d'une propagation rapide de ce parasite aux pays voisins en cas de conditions météorologiques favorables (pluies, vents et température élevée de l'air)", indique le document.

    Selon les experts des Nations unies, les premiers symptômes de contamination de surfaces agricoles par des criquets sont déjà enregistrés dans le sud du Maroc et le Sahara occidental.

    "Les pluies prédites par les météorologistes pour les deux prochains mois sont susceptibles d'aggraver sensiblement la situation au point de contaminer les surfaces emblavées et d'anéantir la récolte de toute la région", préviennent-ils.

    En 2004, une invasion de criquets en Afrique de l'Ouest a causé un préjudice énorme à l'agriculture de la région, frappant de famine des dizaines de milliers de personnes. Pour maîtriser le fléau, les pays ouest-africains ont alors fait appel aux forces armées.

    L'ONU insiste sur l'adoption immédiate de mesures efficaces en vue de combattre les pérégrinations de criquets dans la région.

    Lire aussi:

    Plaie d’Égypte: la Kalmoukie en proie à une immense attaque de criquets marocains (Vidéo)
    «Attaques acoustiques» à Cuba: des cigales et des criquets responsables?
    Plat du jour dans les supermarchés suisses: grillons, sauterelles et vers de farine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik