Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Honduras: rétablir au plus vite l'ordre constitutionnel (Moscou)

    International
    URL courte
    0 0 0

    La Russie considère comme inadmissibles les actes illégitimes qui caractérisent la situation politique au Honduras et appelle au rétablissement de l'ordre constitutionnel dans le pays, a déclaré la diplomatie russe.

    La Russie considère comme inadmissibles les actes illégitimes qui caractérisent la situation politique au Honduras depuis ces derniers mois et appelle au rétablissement de l'ordre constitutionnel dans le pays, déclare mardi le ministère russe des Affaires étrangères (MID).

    "Nous n'admettons aucun acte illégitime même déguisé en procédure démocratique. Nous avons fermement condamné le coup d'Etat du 28 juin dernier et prônons le rétablissement le plus rapide possible de l'ordre constitutionnel au Honduras, appelant les parties adverses à s'abstenir de la violence et à régler le conflit par la voie des négociations", stipule le document de la diplomatie russe.

    "Moscou espère que la sagesse du peuple hondurien et les efforts anticrise déployés au niveau régional permettront finalement de trouver une solution pour garantir le développement démocratique du Honduras dans le cadre de la loi constitutionnelle", souligne le MID.

    Le candidat d'opposition Porfirio Lobo qui s'est proclamé vainqueur de la présidentielle controversée au Honduras, a essayé de convaincre lundi la communauté internationale de la légitimité de ce scrutin, organisé sous un gouvernement putschiste.

    Le président déchu Manuel Zelaya, renversé le jour même où il avait organisé une consultation populaire pour réformer la Constitution qui interdit à un président de briguer un second mandat, est toujours réfugié à l'ambassade du Brésil à Tegucigalpa. Il avait appelé au boycott de l'élection, mais le taux de participation s'est avéré même plus élevé qu'en 2005.

    La communauté internationale avait condamné le coup d'Etat, mais est aujourd'hui divisée sur la légitimité des élections.

    En Amérique latine, le Venezuela, le Brésil ou l'Argentine ont fait savoir qu'ils ne reconnaîtraient pas l'élection.

    Selon le président vénézuélien Hugo Chavez, ce n'est qu'une farce.

    Sans reconnaître explicitement le résultat de l'élection de dimanche, les Etats-Unis ont été les premiers à réagir, après avoir soutenu le processus.
       
    Le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA) Jose Miguel Insulza a déclaré dimanche que le Conseil permanent de l'OEA se réunirait le 4 décembre à Washington pour discuter de la situation au Honduras à l'issue du dépouillement définitif des bulletins de vote.

    Lire aussi:

    Ex-Président hondurien: «Les USA font la même chose dans tous les pays qu’ils envahissent»
    Le Venezuela décidé à se retirer de l'Organisation des États américains
    L'Australie aurait espionné les entraînements de football du Honduras avec un drone
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik