Ecoutez Radio Sputnik
International

Sécurité en Europe: les organisations existantes inefficaces (Medvedev)

International
URL courte
0300

Les organisations européennes existantes sont incapables de régler les conflits, seule l'initiative russe de création d'une nouvelle architecture de sécurité européenne peut remédier à la situation, a déclaré le président russe Dmitri Medvedev, en visite à Nicosie.

Les organisations européennes existantes sont incapables de régler les conflits, seule l'initiative russe de création d'une nouvelle architecture de sécurité européenne peut remédier à la situation, a déclaré jeudi le président russe Dmitri Medvedev, en visite à Nicosie.

"L'Europe comprend des Etats différents, périodiquement on voir surgir des conflits, y compris aussi aigus qu'à Chypre. Quelle institution européenne est capable de régler ces questions? Elles s'en occupent toutes, mais sans aucun résultat, parce que les mécanismes prévus par les accords internationaux et les institutions européennes sont inefficaces et non contraignantes", a indiqué M.Medvedev lors d'une conférence de presse conjointe avec le président chypriote Demetris Christofias.

"Je considère que l'initiative russe est utile, elle peut régler plusieurs problèmes européens dans le domaine de la sécurité", a ajouté le chef de l'Etat russe.

La sécurité européenne est "fragmentaire", selon lui. Certains pays estiment que leur sécurité est garantie par l'OTAN, d'autres comptent sur l'UE ou autres blocs. "L'OSCE n'est pas un terrain universel non plus" et l'expérience russe le prouve, a poursuivi M.Medvedev.

"Seul un accord universel qui réunirait tous les Etats et alliances d'Europe, toutes les institutions internationales et européennes présentes sur notre continent" permettra de garantir la sécurité, a estimé le président. Selon lui, cette position n'est pas dictée par une quelconque hostilité vis-à-vis de l'OTAN ou une autre organisation, mais par le désir de régler les problèmes européens.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik