Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Affaire Litvinenko: coopération avec Londres dans le cadre de la loi russe (Moscou)

    International
    URL courte
    Affaire Litvinenko (169)
    0 11
    S'abonner

    Moscou est prêt à coopérer avec Londres en vue d'élucider le meurtre de l'ex-agent secret russe Alexandre Litvinenko, mais souligne que cette coopération se fondera sur les lois russes, a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    Moscou est prêt à coopérer avec Londres en vue d'élucider le meurtre de l'ex-agent secret russe Alexandre Litvinenko, mais souligne que cette coopération se fondera sur les lois russes, a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    "Nous sommes prêts à coopérer sur la base de notre législation nationale", a-t-il déclaré mercredi lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue britannique William Hague.

    Les relations entre Londres et Moscou se sont considérablement dégradées à la suite du meurtre de l'ancien agent du Service fédéral de sécurité (ex-KGB) Alexandre Litvinenko. Réfugié en 2000 au Royaume-Uni et naturalisé Britannique, il a été empoisonné au polonium-210 (matière hautement radioactive) avant de décéder le 23 novembre 2006 dans un hôpital de Londres.

    Les résultats de l'autopsie n'ont pourtant pas été officiellement publiés jusqu'à présent.

    Les autorités britanniques imputent la responsabilité du crime à l'homme d'affaires russe, actuellement député de la Douma, Andreï Lougovoï et réclament son extradition. Le suspect nie les accusations, affirmant qu'elles sont "politiquement motivées".

    Moscou a refusé d'extrader M. Lougovoï au motif que la constitution du pays interdisait l'extradition des citoyens russes. En réponse, Londres a invité la Russie à modifier sa loi fondamentale, ce que Moscou a catégoriquement refusé de faire et a proposé à la partie britannique de fournir les preuves de la participation de M.Lougovoï au meurtre afin d'instruire ce dossier en Russie.

    Londres estime que l'enquête effectuée en Russie "n'apportera pas toutes les garanties d'impartialité et de justice" et affirme n'exclure "aucune option" pour obtenir qu'il soit jugé en Grande-Bretagne.

    Dossier:
    Affaire Litvinenko (169)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik