Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Egypte: des milliers de manifestants réclament la démission du gouvernement

    International
    URL courte
    Crise politique en Egypte (360)
    0 0 0

    Des dizaines de milliers d'Egyptiens réunis vendredi sur la place Tahrir, haut lieu de la révolution égyptienne ayant débouché sur le départ du président Hosni Moubarak, réclament la démission du premier ministre Ahmed Shafik nommé par Moubarak.

    Des dizaines de milliers d'Egyptiens réunis vendredi sur la place Tahrir, haut lieu de la révolution égyptienne ayant débouché sur le départ du président Hosni Moubarak, réclament la démission du premier ministre Ahmed Shafik nommé par Moubarak.

    Les manifestants exigent en outre que l'ancien président quitte sa résidence de Charm el-Cheikh et qu'il soit traduit en justice. Ils appellent le Conseil  suprême des forces armées, qui gouverne actuellement le pays, à lever l'état d'urgence, à réformer le service de sécurité d'Etat et à libérer les prisonniers politiques.

    De nombreux manifestants agitent des drapeaux libyens en signe de solidarité avec la Libye voisine, où des les violences provoquées par le soulèvement contre le régime de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans, ont fait entre 600 et 1.000 morts.

    La manifestation égyptienne est organisée par le Comité de coordination des participants à la révolution du 25 janvier et le mouvement islamiste des Frères musulmans, interdit sous Moubarak.

    Le président égyptien Hosni Moubarak, qui gouvernait le pays depuis 30 ans, a démissionné le 11 février au terme de 18 jours de manifestations sanglantes. Les émeutes ont fait au moins 365 morts et plus de 5.500 blessés. L'armée restera aux commandes du pays jusqu'à la prochaine élection présidentielle.

    Dossier:
    Crise politique en Egypte (360)

    Lire aussi:

    Egypte: Moubarak comparaîtra le 19 avril devant la justice
    Les deux fils de l’ex-Président Moubarak arrêtés
    Égypte: plus de 50 ans de désordre politique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik