Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Libye/violations des droits de l'homme: l'Onu entame une enquête

    International
    URL courte
    Libye: sanctions contre Kadhafi (800)
    0 0 0

    Un groupe de trois experts de l'Onu se rendra dimanche en Libye pour enquêter les éventuels cas de violations des droits de l'homme commis par les forces pro-Kadhafi et les insurgés, rapportent les médias vendredi.

    Un groupe de trois experts de l'Onu se rendra dimanche en Libye pour enquêter les éventuels cas de violations des droits de l'homme commis par les forces pro-Kadhafi et les insurgés, rapportent les médias vendredi.

    "Nous nous rendrons en Libye et visiterons l'ouest et l'est du pays. L'enquête doit être juste, impartiale et indépendante, et c'est précisément ce que nous comptons faire. Nous partirons de Genève dimanche, et nous envisageons de revenir avant la fin du mois", a déclaré Cherif Bassiouni, chef du groupe agissant sur la base d'un mandat du Conseil onusien des droits de l'homme.

    Le 9 mars, Juan Mendez, conseiller spécial de l'Onu pour les droits de l'homme, a annoncé le lancement d'une enquête sur les violations des droits de l'homme en Libye. Il s'agit notamment d'enlèvements, de tortures et d'exécutions d'opposants au régime de Mouammar Kadhafi, commis par les forces loyalistes.

    Lancée mi-février, la contestation contre le régime Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans, a dégénéré en confrontation armée entre troupes gouvernementales et rebelles faisant des milliers de victimes parmi les civils.

    Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le 17 mars une résolution autorisant le recours à la force pour protéger les civils libyens. L'opération internationale a débuté le 19 mars, en associant les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, le Canada, l'Italie, l'Espagne, le Danemark et d'autres pays. Le 31 mars, l'OTAN a officiellement pris le commandement des opérations en Libye.

    Dossier:
    Libye: sanctions contre Kadhafi (800)

    Lire aussi:

    Cousin de Kadhafi: les partisans de la Jamahiriya prêts à revenir au pouvoir en Libye
    Moscou pointe le «mensonge cynique» de l’Otan concernant la Libye
    Ce que l’on ne dit pas sur les raisons de la crise en Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik