Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Géorgie: le Pentagone continue son soutien militaire

    International
    URL courte
    0 0 0

    Les Etats-Unis continuent de soutenir militairement la Géorgie malgré l'échec du système américain de formation de réservistes essuyé en août 2008, a annoncé lundi le ministre sud-ossète de la Défense, le général Valeri Iakhnovets dans une interview accordée à RIA Novosti.

    Les Etats-Unis continuent de soutenir militairement la Géorgie malgré l'échec du système américain de formation de réservistes essuyé en août 2008, a annoncé lundi le ministre sud-ossète de la Défense, le général Valeri Iakhnovets dans une interview accordée à RIA Novosti.

    "Les Etats-Unis poursuivent leur soutien militaire à la Géorgie, ces informations sont confirmées par des sources fiables", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Selon lui, le Pentagone continue d'envoyer en Géorgie ses experts militaires chargés de préparer l'armée géorgienne aux combats réels.

    "En plus, les experts américains aident la Géorgie à mettre sur pied un système de défense antiaérienne susceptible d'être très rapidement adapté aux exigences de l'Otan, au cas où ce pays adhérerait à l'Alliance", a ajouté le ministre sud-ossète.

    Le 8 août 2008, l'armée géorgienne a lancé une offensive militaire contre l'Ossétie du Sud, détruisant Tskhinvali, la capitale. La Russie a opposé une riposte militaire de grande envergure destinée à contraindre la Géorgie à la paix avant de reconnaître le 26 août l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. Affirmant avoir été "victime d'une provocation russe", la Géorgie a rompu ses relations diplomatiques avec Moscou et proclamé les républiques "territoires occupés".

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    L'Ossétie du Sud et l'Abkhazie rendent hommage aux victimes de l'agression géorgienne
    «S'allier avec les USA fut la plus grande erreur de la Géorgie»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik