Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Présidentielle/Ossétie du Sud: la Géorgie dénonce le scrutin

    International
    URL courte
    Présidentielle en Ossétie du Sud (2011) (50)
    0 01

    La Géorgie considère comme illégitime la présidentielle qui s'est tenue en Ossétie du Sud, a déclaré lundi la vice-ministre géorgienne des Affaires étrangères Nino Kalandadze lors d'un point-presse à Tbilissi.

    La Géorgie considère comme illégitime la présidentielle qui s'est tenue en Ossétie du Sud, a déclaré lundi la vice-ministre géorgienne des Affaires étrangères Nino Kalandadze lors d'un point-presse à Tbilissi.

    "Ces élections sur un territoire géorgien occupé sont illégitimes", a déclaré la responsable, en ajoutant que la Géorgie et la communauté internationale étaient "unanimes" à dénoncer cette situation.

    Mme Kalandadze a en outre déclaré que Tbilissi considérera la présidentielle sud-ossète comme illégitime jusqu'à ce que "des centaines de milliers de refugiés" géorgiens prennent part au scrutin.

    La présidentielle s'est tenue en Ossétie du Sud dimanche 25 mars.

    Après dépouillement de 100% des bulletins, la Commission électorale centrale (CEC) du pays a annoncé qu'un second tour était inévitable, aucun des candidats en lice n'ayant recueilli plus de 50% des suffrages. L'ex-président du Comité pour la sécurité de l'État Leonid Tibilov est arrivé en tête, avec 42,48% des voix. Le second tour de l'élection présidentielle est prévu pour le 8 avril.

    Le 8 août 2008, la Géorgie a lancé une opération militaire contre l'Ossétie du Sud, tuant des centaines de civils ainsi que des soldats de la paix russes déployés dans cette république autoproclamée. La Russie a riposté militairement et contraint la Géorgie à la paix avant de reconnaître le 26 août l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, autre ancienne autonomie géorgienne. Toutefois, Tbilissi considère toujours les deux républiques comme des "territoires occupés".

    Dossier:
    Présidentielle en Ossétie du Sud (2011) (50)

    Lire aussi:

    Les chars américains sont toujours en Géorgie: août 2008 n'a pas servi de leçon
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Guerre des 5 jours: Moscou nomme la principale leçon du conflit en Ossétie du Sud en 2008
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik