Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie/opposition: des négociations directes peu probables (Moscou)

    International
    URL courte
    Situation politique en Syrie (2930)
    0 1 0 0

    Le lancement de négociations directes entre le gouvernement syrien et l'opposition paraît peu probable dans un avenir proche, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères par intérim Guennadi Gatilov.

    Le lancement de négociations directes entre le gouvernement syrien et l'opposition paraît peu probable dans un avenir proche, a déclaré lundi le vice-ministre russe des Affaires étrangères par intérim Guennadi Gatilov.

    "Pour le moment, il est peu probable que les deux parties arrivent à se mettre à la table des négociations. On est confronté à des difficultés", a indiqué le vice-ministre par intérim devant les journalistes.

    Des divergences entre opposants remettent en question l'organisation d'une réunion élargie de l'opposition syrienne qui doit se tenir au Caire les 16 et 17 mai, sous l'égide de la Ligue arabe, selon le responsable russe.

    Depuis la mi-mars 2011, la Syrie est secouée par un mouvement de contestation du régime de Bachar Assad. Selon l'ONU, la confrontation armée aurait déjà fait plus de 9.000 morts et quelque 230.000 réfugiés, et une aide humanitaire est nécessaire pour plus d'un million de personnes. Damas indique que plus de 2.500 policiers et soldats syriens, ainsi que plus de 3.200 civils ont été tués dans les affrontements contre des bandits financés de l'étranger.

    Le 12 avril, un cessez-le-feu a été instauré entre l'Armée syrienne libre et les troupes du président Bachar el-Assad dans le cadre du plan présenté par l'envoyé spécial des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie Kofi Annan. Le 16 avril, les premiers observateurs de l'ONU  chargés de vérifier l'application du plan Annan ont commencé leur mission en Syrie. Le 21 avril, le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé d'y dépêcher 300 observateurs. Le 11 mai, 145 observateurs militaires non armés et 56 experts civils travaillaient déjà en Syrie.

    Dossier:
    Situation politique en Syrie (2930)

    Lire aussi:

    L’opposition syrienne salue le rôle de la Russie dans le règlement syrien
    Trump insulte Assad: la réponse de Damas
    «Aux Syriens de décider de leur avenir», selon l’UE
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik