Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Seul le Conseil de sécurité peut limiter les livraisons d'armes (Poutine)

    International
    URL courte
    0 0 0

    Seules des sanctions du Conseil de sécurité de l'Onu peuvent limiter les livraisons d'armes et de matériel militaire à l'étranger, personne n'étant en droit d'interdire à la Russie ou à d'autres pays de faire du commerce, a indiqué mercredi le président russe Vladimir Poutine.

    Seules des sanctions du Conseil de sécurité de l'Onu peuvent limiter les livraisons d'armes et de matériel militaire à l'étranger, personne n'étant en droit d'interdire à la Russie ou à d'autres pays de faire du commerce, a indiqué mercredi le président russe Vladimir Poutine.

    "Seules des sanctions décrétées par le Conseil de sécurité de l'Onu peuvent imposer une restriction légale sur les livraisons militaires vers tel ou tel pays. Dans tous les autres cas, personne, sous aucun prétexte, ne peut dicter à la Russie ou à un autre Etat avec qui et comment commercer", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une réunion de la commission sur la coopération militaire technique avec les pays étrangers.

    Et d'ajouter que les restrictions unilatérales ou collectives en dehors du Conseil de sécurité de l'Onu, qui plus est politiquement motivées, n'avaient rien à voir avec les normes du droit international.

    M.Poutine a rappelé que la Russie était le deuxième fournisseur d'armements dans le monde.

    "La Russie ne signe des contrats de livraison d'armes et de matériel militaire qu'avec des autorités légitimes et uniquement pour la défense des Etats souverains, tout en évaluant la situation concrète dans telle ou telle partie du monde", a-t-il souligné.

     

    Lire aussi:

    Armée US en Syrie: l’Onu n’a pas le droit d’autoriser une présence militaire dans des pays
    Pékin dit «non» aux nouvelles sanctions US à l’encontre de Pyongyang
    Moscou: il n’y a pas d’accords internationaux qui limitent la livraison de S-300 en Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik