Ecoutez Radio Sputnik
    International

    Syrie: un chef d'opposition somme Damas de libérer les femmes emprisonnées

    International
    URL courte
    Situation politique en Syrie (2930)
    0 0 0 0

    Si Damas ne libère pas d'ici dimanche toutes les détenues politiques, les portes du dialogue se fermeront définitivement, a déclaré mercredi dans une interview exclusive à la BBC en arabe le chef de la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution syrienne Ahmed Moaz al-Khatib.

    Si Damas ne libère pas d'ici dimanche toutes les détenues politiques, les portes du dialogue se fermeront définitivement, a déclaré mercredi dans une interview exclusive à la BBC en arabe le chef de la Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution syrienne Ahmed Moaz al-Khatib.

    "Il faut relâcher les prisonnières avant dimanche prochain. Si, ce jour-là, des informations crédibles révèlent qu'il y a encore ne serait-ce qu'une seule femme en prison en Syrie, je considèrerai que le régime a refusé mon initiative", a déclaré M.Khatib.

    Ahmed Moaz al-Khatib a annoncé il y a une semaine qu'il était prêt à se mettre à la table des négociations avec les représentants du régime syrien n'ayant pas de "sang sur les mains". Il a plus tard précisé qu'il voulait dialoguer avec le vice-président du pays, Farouk Charaa.

    Le leader de l'opposition a toutefois conditionné ce dialogue à la libération de 160.000 détenus et au renouvellement des passeports des Syriens résidant à l'étranger.

    Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a déclaré mercredi qu'à son avis, Damas allait accepter le dialogue avec la Coalition nationale syrienne.

    Dossier:
    Situation politique en Syrie (2930)

    Lire aussi:

    Opération antiterroriste en Syrie: la phase finale a commencé
    Randa Kassis : «il faut couper les financements de l’Arabie saoudite et du Qatar»
    Damas refuse de se rendre à Genève à cause des menaces américaines
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik