Ecoutez Radio Sputnik
    La centrale à Bouchehr

    Bouchehr: la centrale remise à Téhéran après l'élimination des défauts (Salehi)

    © Sputnik. Valeriy Melnikov
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2014) (1478)
    0 1 0 0

    La centrale nucléaire de Bouchehr sera remise à la partie iranienne après l'élimination de tous les problèmes techniques, a déclaré lundi le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi dans une interview à la rédaction russe de la radio de l'Iran.

    La centrale nucléaire de Bouchehr sera remise à la partie iranienne après l'élimination de tous les problèmes techniques, a déclaré lundi le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi dans une interview à la rédaction russe de la radio de l'Iran.

    "Plus tard la centrale entrera en service, plus son travail sera fiable. Nous devons être sûrs que tous les systèmes fonctionnent sans à-coups", a indiqué le ministre, précisant qu'il entendait par l'entrée en service "le moment où le site serait mis entièrement à la disposition des autorités iraniennes".

    M. Salehi a également fait savoir que lors de la construction de la centrale nucléaire, "les spécialistes russes ont fait appel aux technologies les plus avancées".

    "Voici pourquoi, je tiens à les remercier", a conclu le chef de la diplomatie iranienne.

    Entamée en 1974 par le groupe allemand Kraftwerk Union A.G. (Siemens/KWU), la construction de la centrale de Bouchehr a été achevée par le groupe russe Atomstroyexport conformément à un contrat signé en janvier 1995. La centrale a été inaugurée en août 2010 après la livraison du premier lot de combustible nucléaire russe.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2014) (1478)

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Et qu'arriverait-il si un avion s'écrasait sur une centrale nucléaire?
    Le leader spirituel iranien cite la condition du retrait de l’accord sur le nucléaire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik